R E V E I L L O N S - N O U S

  • LES VERTS SOUTIENNENT LA DESTRUCTION DE NOS ARBRES AU LIEU DE SOUTENIR UN MORATOIRE

    Combien de temps faudra-t-il pour réaliser que la destruction massive de notre environnement, notamment nos arbres et nos espaces boisés urbains ont été soutenus par des élus Verts alors qu’ils étaient aux commandes des départements ad hoc?

    L'urgence climatique constitue un magnifique écran de fumée qui masque la réalité du terrain qui voit chaque jour des espaces naturels détruits au motif qu'il faut construire!

    Cette urgence est en réalité une vague sur laquelle cette formation surfe à l'envi!

     

    Lire la suite

    Lien permanent 7 commentaires
  • LES VERTS PARTICIPENT A LA DESTRUCTION DE L'ENVIRONNEMENT

    La presse s'est récemment fait l'écho du massacre qui intervient, non pas en Amazonie, mais ici à Genève au lieu-dit "Les Allières", juste dessous Grange Canal.

    S'appuyant sur ce qui a été fait "avant" le responsable politique de la protection de l'environnement, de la nature et des sites, préfère faire comme Ponce Pilate plutôt que d'avoir le courage et la détermination de tout mettre en attente, les temps d'y voir plus clair. Mais pour cela il faut d'une part du courage politique et, d'autre part, un minimum de consistance politique entre les discours et les actes.

    Tous ces paramètre étant manifestement absents du sens des responsabilités d'élu qui sont pourtant les siennes, ce brave homme préfère laisser œuvrer les promoteurs immobiliers que de défendre notre environnement et notre patrimoine.

     

    Je réagis à l’article de M. Etienne Dumont, publié dans Bilan, à propos du massacre des Allières. Soulignons, contrairement à son avis, l’objectivité de ce compte-rendu. Il est parfaitement juste de s’émouvoir de ces atteintes répétées à notre environnement, tant bâti que naturel. Ce qui est particulièrement choquant dans ce cas c’est que ces abattages interviennent alors que des élus Verts participent tant à la décision qu’à l’exécution de la mesure. Il est trop facile de dire que cela date « d’avant » !

    Il y a de nombreux cas où, le responsable politique en ayant dans le pantalon, des chantiers ont été bloqués précisément parce que la réalité du terrain imposait de ne pas laisser faire. Ici notre « gendre parfait » préfère laisser parler les tronçonneuses au lieu de reconsidérer la situation  en fonction du credo politique qu’il prétend défendre, notamment le réchauffement climatique.

    Il est urgent que notre Parlement reprenne la main sur ces développements, erratiques, inutiles pour satisfaire la demande de logements, puisqu’il y a plus de 300'000 mètres carrés de bureaux vides et qu'une loi a précisément été votée pour permettre la conversion de ces surface vides en logements dont on a, semble-t-il, besoin!

    La massacre n'est pas terminé puisque le poumon de verdure du secteur de Challendin sera bientôt, lui aussi massacré pour amener encore plus de monde dans ce secteur!

    Celles et ceux qui ne se contentent pas des beaux discours savent désormais que celui des Verts est non seulement totalement creux, mais aussi totalement vide!

    La nouvelle Constitution nous garantit le droit fondamental à un environnement sain, soyons unis pour sa mise en œuvre! La préoccupation est à son paroxysme sachant que ces chantiers jouxtent la propriété du peintre genevois Alexandre Calame . A l’heure actuelle elle ne fait l’objet d’aucune mesure de protection et serait déjà en mains d’un promoteur immobilier !

    En paraphrasant Aristide Brian, je dirais qu'il ne suffit pas d'avoir horreur de la destruction de l'environnement, encore faut-il se donner les moyens de lutter contre! Ce n'est manifestement pas le cas du Conseil d'Etat en général, et de son responsable de l'environnement en particulier.

    REVEILLONS-NOUS et prenons cette question en main pour défendre l’intérêt général des Genevois.

    Patrick Dimier, député

     

    Lire la suite

    Lien permanent 2 commentaires
  • LES VERTS PARTICIPENT A LA DESTRUCTION DE L'ENVIRONNEMENT

    La presse s'est récemment fait l'écho du massacre qui intervient, non pas en Amazonie, mais ici à Genève au lieu-dit "Les Allières", juste dessous Grange Canal.

    S'appuyant sur ce qui a été fait "avant" le responsable politique des la protection de l'environnement, de la nature et des sites, préfère faire comme Ponce Pilate plutôt que d'avoir le courage et la détermination de tout mettre en attente, les temps d'y voir plus clair. Mais pour cela il faut d'une part du courage politique et, d'autre part, un minimum de consistance politique entre les discours et les actes.

    Toues ces paramètre étant manifestement absents du sens des responsabilités d'élu qui sont pourtant les siennes, ce brave homme préfère laisser œuvrer les promoteurs immobiliers que défendre notre environnement et notre patrimoine.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Quel bilan en ce 1er Août veille d'élections fédérales

    Le 1er août est le jour où la majorité des politiciens qui s’expriment, ripolinent des discours dont la caractéristique principale est soit d’enfoncer les portes ouvertes des clichés, soit de louer une Suisse sortie de l’imagerie d’Epinal.

    Rares sont les lucides qui, sans alarmisme, sans euphorie dresse un arrêt sur image de la réalité matérielle de la situation de la Suisse tant du point de vue intérieur qu’extérieur.

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire
  • BILAN DES ELECTIONS CANTONALES

    Après des mois d'agitation, le Landerneau politique et la République aspirent à un peu de calme.

    Le Parlement, puis quelques jours plus tard le Gouvernement, vont prêter serment.

    Ce dernier à St Pierre, malgré des attaques répétées de la gauche anticléricale qui ont, heureusement, fait long feu lors de la dernière session du Parlement.

    Ainsi, pour certains, le Parlement se serait rééquilibré grâce à l'effritement du MCG et le revers de l'UDC. Ils auraient, toujours selon les même "analystes", pliés sous les coups de buttoir du centre, droit et gauche. Comme si, par miracle ceux-ci auraient présenté des propositions novatrices dans les sujets les plus préoccupants pour les Genevois au sens large.

    Malgré le respect que j'ai toujours pour les opinions les plus diverses, même lorsqu'elles proviennent de personnalités aussi pertinentes que des journalistes de chaînes localissimes ou de rédacteur en chef  de gazette autrefois prestigieuse, je ne parviens pas à me ranger à ces avis déclamés à longueur de pages ou d'émissions. Même passées en boucle.

    Pour le plus simple, l'élection de l'Exécutif.

    Elle a montré la pertinence du système à deux tours introduit par la nouvelle Constitution. Le meilleur parvient à se créer un électorat qui dépasse et de loin sa base naturelle et de franchir la barre de 50% des suffrages exprimés.

    Le second tour, dans un schéma classique de ce système, fait le jeu des alliances, y compris les plus anachroniques. Ici nous avons assisté aux tirs croisés d'une campagne de dénigrement, ad personam, indigne. Ce genre de manœuvre ne grandit jamais celles et ceux qui les hourdissent. Elles jettent un coup de projecteur cru sur ces pratiques de boutiquiers. Celle qui a conduit à l'exclusion de M. Blocher en est l'exemple cuisant. En sortant une personnalité loyale à son pays, une coalition de second couteaux a fait entrer dans le cénacle fédéral un élément, acquis aux banques étrangères, dont la mission était de détruire le pilier central de notre économie.

    Le résultat est là et il faut l'accepter tel qu'il est. C'est le principe même de la démocratie.

    Nous avons une composition très intéressante qui place un parti en position de "variable d'ajustement"  tant à l'Exécutif qu'au législatif.

    Ce positionnement ressemble à la place qu'occupait la "Tribu de l'Arbre" dans la Ligue Iroquoise. C'est à son représentant que revient la lourde tâche d'assurer l’équilibre entre les forces en présence.

    Dans le cas de l'Exécutif, "la variable d'ajustement" sera aux mains d'un homme très expérimenté, bien plus déterminé qu'il ne le laisse paraître qui possède un sens inné des équilibres politiques.

    La logique voudrait qu'il préside ce Conseil, comme le faisait le Sachem de la "Tribu de l'Arbre". La différence est que, dans la Ligue Iroquoise, les dirigeants faisaient passer l'intérêt collectif avant toute autre considération. Les Egos étant ici ce qu'ils sont et les carrières ce qu'elles promettent, il n'en sera certainement pas ainsi.

    Reste à souhaiter, pour Genève, que ce Conseil saura mieux répartir les tâches en fonctions des compétence plutôt qu'en fonction des agendas politiques. A titre d'exemple il semblerait logique que la gestion des Communes revienne à celui qui connaît le mieux ce sujet de sorte que la réforme territoriale puisse s'engager avec un chef de projet qui a l'oreille de ses Pairs communaux de sorte que ce fatras soit réglé, là où la Constituante a échoué faute d'appuis communaux.

    Le plus complexe à analyser, c'est le parlement.

    Son élection voyait s'affronter non seulement des projets de sociétés mais aussi, voire surtout, des égos démesurés.

    Le premier constat, très réjouissant, est que notre démocratie n'est pas à vendre. Il ne suffit pas d'injecter des montants considérables pour que la grenouille réussisse son pari. Comme dans la fable, elle a explosé à la fin de l'histoire.

    Le second constat, et je m'étonne que personne ne l'ait fait, il ne suffit pas de voguer sur un thème particulièrement important pour que l'on puisse continuer à servir la même rengaine avec des messages éculés et inadéquats.

    Le fond des revendications soulevées par le MCG sont non seulement totalement fondées mais leur dénigrement par ses adversaires est proprement scandaleux. Ce sont des milliers de nos concitoyens qui sont les victimes expiatoires d'un patronat très indélicat et bassement orienté vers les profits à court terme.

    Ce qui a causé ce revers électoral n'est que pour un petite partie dû à des transferts de votants.

    La plus grande partie de cet échec est due à une communication totalement dépassée et inappropriée à la situation. Ce modèle suranné avait le côté, pathétique, de la charge de la cavalerie polonaise contre les panzers. Ce n'était le courage des militants-cavaliers qui était en cause mais l'inadéquation des ordres donnés par l'état major.

    Il est donc temps de passer les troupes en revue, de rénover les méthodes de communication pour aller vers des modes plus adéquats face aux profonds changement que connait notre République.

    Une fois encore ce n'est pas le fond qui pêche, mais la méthode.

    Pour ce qui est de l'UDC, son résultat est normal. Faute de chef de bande crédible, une telle formation est exposée à tous les vents. Il faut espérer que la législature qui s'ouvre lui permettra de trouver cette personnalité charismatique. L'UDC, qu'on le veuille ou non  a sa place sur l'échiquier politique, à droite du MCG, dont l'axe politique doit clairement être "Souverainiste" au sens fazyste de ce terme et ne pas être "récupérable" à gauche ou à droite.

    En conclusion, il faut espérer que les divergences politiques qui traversent la députation soient moins fortes que sa capacité à retrouver ce qui a fait ses progressions successives de 2005, 2009, 2013. Le pari n'est pas gagné si le parti devient l'otage de telle ou telle faction de son électorat. Celui-ci doit être très large et non pas concentré sur des défenses de prés carrés.

    Rendez-vous en 2023 !

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • QUE CACHE LE PURITANISME AMBIANT

    ALDOUS HUXLEY L'A DIT BIEN AVANT MOI:

    "On mettra la sexualité au rang des intérêts humain, comme tranquillisant social, il n'y a rien de mieux. En général on fera en sorte de bannirle sérieux de l'existence , de tourner en désirions tout ce qui a une valeur sociale élevée, d'entretenir une constante apologie de la légèreté, de sorte que la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

    Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur- qu'il faudra entretenir-sera celle d'être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires du bonheur . L'homme de masse doit donc être traité comme ce qu'il est devenu, un veau" (Brave New Wolrd)

    Lire la suite

    Lien permanent 2 commentaires
  • POPULISME OU SOUVERAINISME ?

    Le MCG et le peuple votent à l’unisson dans 75% des cas

    Politique Sur la législature en cours, les positions du parti sont les plus similaires à celles de la population, devant celles du Grand Conseil.

    Il n'était guère de plus mauvaise nouvelle que celle-ci pour les partis, qui trustent les postes gouvernementaux depuis la fin de la 2e guerre mondiale, que celle-ci! Un parti qui fait irruption dans le paysage et qui entre au Parlement quelques mois plus tard ne pouvait être, dans l'esprit des tenants du pouvoir, qu'un OPNI (Objet Politiquement Non Identifiable). Pour nombre de ces dirigeants, cet OPNI passerait comme la Comète de Halley, un épiphénomène qui passe tous les Xannées dans le ciel politique de Piogre.

    Lorsque tomba le second résultat, avec un accroissement des sièges, les oracles des arcanes PS/PLR/PDC réalisèrent que cette comète n'était pas prête de quitter notre galaxie de sitôt. Au terme du troisième rendez-vous électoral avec une nouvelle poussée du MCG, le discours politique des adversaires, vu les échecs cuisants malgré une diabolisation de parti d' "extrême droite" réalisa que ce discours était sans effet sur une partie de plus en plus importante de l’électorat.

    C'est à la suite de l'échec de cette vaine diabolisation que vint se mettre en place le vocable de "populiste".

    Avec le même manque de pertinence  que dans sa première posture, il n'existe aucun parti d'extrême droite en Suisse  présent dans un hémicycle actuellement, le qualificatif de "populiste" tombe totalement à côté de la cible.

    Si les adversaires du MCG entendent que ce parti est proche du peuple, ils ont raison, même sir Sieur Sciarini pense qu'il n'y a pas de corrélation.Il est vrai qu'il roule pour l'une des écuries politiques en pleine décélération et qu'admettre cette corrélation pourtant évidente revient à constater l'inanité du discours de la gauche BoBo qui n'est plus à gauche que par posture historique et non plus parla force de ses propositions politiques.

    Affubler le MCG du qualificatif de "populiste" est tout simplement la démonstration de la pauvreté du vocabulaire politique de ses adversaires car s'il existe bien un qualificatif qui convient au MCG ce n'est pas celui-ci mais celui de Souverainiste. C'est à dire en phase avec le Souverain d'une part et viscéralement attaché à la primauté de sa volonté sur tous les agendas quelque qu'ils soient.

    Cet article et la recherche qu'il sous-tend démontre l'évidence de cette affirmation d'une part et, surtout, l'évident divorce entre les propositions des adversaires politiques du MCG et le Souverain.

    Le PLR les plus éclairés, pour ne pas dire les plus lettrés, me prédisent que le MCG, sans son leader historique, va perdre 30% lors de la prochaine joute électorale.

    Je pense exactement le contraire. Sans cette locomotive devenue boulet, le MCG va encore bondir. Cette étude le montre.

    Lien permanent 1 commentaire
  • ÉLECTION AU CONSEIL FÉDÉRAL et le dilemme latins vs alémaniques

     

    Ce qui est certain c'est que mise à part Madame Keller-Sutter, c'est le vide sidéral de l'autre côté de la Sarine en matière de personnalités non liées à des lobbies.


    En ce qui concerne Monsieur Cassis, même s'il ne vient pas de Dijon,il constitue le même danger que cette denrée pour notre marché alimentaire intérieur. On sait tous qu'il est "porta borsa" des assureurs, dont nous connaissons tous les méfaits. Elire ce parlementaire, qui a certainement une grande valeur stratégique au niveau de la Chambre basse, à l'exécutif fédéral reviendrait à confier la bourse aux voleurs.

    Je l'ai dit et je le redis volontiers, s'il est évident que nos confédérés tessinois ont raison de revendiquer un siège à l'exécutif fédéral, cela ne veut pas dire qu'il faut y envoyer n'importe qui, au seul motif de son appartenance à ce Canton. Les Tessinois ont des personnalités qui ne posent pas ce problème d'allégeance tout en ayant l'assurance nécessaire pour remplir la fonction de façon déterminante. Au premier rang, Monsieur Lombardi qui nous a démontré, avec sa brillante présidence du Conseil des Etats, qu'il a manifestement le calibre pour, non seulement représenter les italophones, mais encore, donner du poids à la voix latine dans ce conseil.


    OUI, le monde a changé,
    OUI il faut porter au Conseil fédéral une personnalité qui représente le futur collectif et non des intérêts privés,
    OUI il faut un nouveau Conseiller fédéral qui, comme le sortant, a le sens de l'Etat dans son sens le plus républicain,
    NON nous n'avons pas besoin d'un voyageur de commerce qui prend ses instructions en bourse  à la City, à Wallshington sur le conseil, intéressé de blackrock qui est le loup dans le bergerie.


    Cette description suffit à comprendre que l'intérêt pour la Suisse est de porter à la charge la plus haute une personnalité jeune qui sait ce que gouverner signifie.

    Lien permanent 4 commentaires
  • LA FRAUDE FISCALE DANS TOUS SES ETATS

    C'est curieux ce que le conseil fédéral gardien de la constitution fédérale et le conseil des Etats, gardiens des droits et prérogatives des Etats membres de la Confédération se montrent peu pertinents sur cette question. Il suffit de lire ce compte rendu pour s'en rendre compte!

    Ils semblent tous deux oublier que les plus grands fraudeurs fiscaux ne sont pas les citoyens mais les banques qui "omettent" de faire figurer leur création monétaire dans leurs bilans. Ce laxisme permet à ces dernières de créer de la richesse qui n'est jamais taxée et surtout que cette création monétaire sauvage prive notre banque centrale des droits de seigneuriage et par là même ampute les revenus des Etats d'une part non négligeable de ce qui doit leur revenir.

    Sans oublier que ce qu'il convient de creuser c'est le secret des comptes des banques et non pas le secret, digne de protection, des privés qui confient le fruit de leur travail à des entreprises qui, elles ne paient aucun impôt d'aucune sorte sur leur création monétaire!

    Ces élus ne sont pas seulement de mauvais défenseurs des Etats qu'ils représentent, ils sont aussi complices de fait de cette fraude fiscale massive!

    R E V E I L L O N S - N O U S  ! ! ! ! 

    La guerre des Chambres fédérales sur le secret bancaire indigène est déclarée. Alors que le Conseil national a accepté en décembre l’initiative «Oui à la protection de la sphère privée» et son contre-projet, le Conseil des Etats a refusé lundi soir les deux objets. Il a préféré suivre le Conseil fédéral, qui affirme que les deux textes «n’apporteraient aucun avantage à la grande majorité des contribuables honnêtes».

    En marge du débat, le Conseil fédéral a d’ailleurs pesé de tout son poids pour renverser la décision du Conseil national. Selon la radio alémanique, la présidente de la Confédération, Doris Leuthard, a même écrit aux sénateurs PDC pour les exhorter à laisser tomber le contre-projet concocté par la Commission de l’économie et des redevances du National.

     

    Il faut savoir que la bataille ne tourne plus en effet autour de l’initiative UDC, lancée par le conseiller national et banquier Thomas Matter. Celui-ci est d’ailleurs prêt à retirer son initiative populaire si le parlement adopte un contre-projet qui préserve le citoyen contribuable d’une trop grande curiosité de l’Etat sur ses avoirs.

    Pour le Conseil fédéral, le contre-projet présente des défauts rédhibitoires. «En limitant l’accès aux données bancaires exclusivement aux cas d’infractions fiscales graves, on minimise implicitement l’importance des autres infractions fiscales.» Le gouvernement prédit un encouragement aux fraudeurs, un recul des dénonciations spontanées, une augmentation des cas de soustraction d’impôts et donc une diminution des recettes pour la Confédération, les cantons et les communes.

    La sénatrice Karin Keller-Sutter (PLR/SG) ne croit pas à ce scénario catastrophe. C’est elle qui mène la fronde aux Etats pour faire passer le contre-projet et suivre le Conseil national. «Nous vivons dans un monde paradoxal où les gens dévoilent leurs données sur Facebook mais craignent aussi que leurs données ne soient utilisées abusivement.» Une chose est sûre pour elle: «Les citoyens ne disent pas volontiers le montant de leur salaire et combien ils paient d’impôts.» Et ils entendent que cela reste ainsi. Voilà pourquoi l’inscription de la sphère privée financière dans la Constitution lui semble nécessaire.

    Peter Föhn (UDC/SZ) fait état de la méfiance du Conseil fédéral quant à la probité des contribuables. Méfiance qui s’est exprimée lorsque Eveline Widmer-Schlumpf a voulu muscler le droit fiscal pénal pour combattre les fraudeurs. Or, pour le sénateur, le «secret bancaire des clients» est un pilier de la prospérité suisse qu’il ne faut plus saper après les concessions faites au niveau international.

    «Je félicite M. Föhn pour son héroïsme, ironise Roberto Zanetti (PS/SO). Mais personne n’attaque le secret bancaire des clients, qui n’est pas menacé. En revanche, vous protégez le secret de la soustraction fiscale.» Il juge le contre-projet parfaitement inutile, voire nocif, car il n’y a pas de nécessité de bétonner le statu quo dans la Constitution.

    Peter Hegglin (PDC/ZG) voit dans le contre-projet un signe de défiance à l’égard des cantons car ces derniers ont la haute main sur la perception de l’impôt. Leur mettre des bâtons dans les roues pour avoir accès aux données bancaires va compliquer leur tâche. Notamment quand il s’agira de vérifier qu’un récipiendaire de l’aide sociale ne cache pas des revenus à l’Etat. Son collègue Pirmin Bischof (PDC/SO) relève que, dans ce débat sur la soustraction fiscale, il ne s’agit pas de peccadilles. «Depuis 2010, plus de 20 000 personnes ont profité de l’amnistie pour s’autodénoncer. Cela a fait apparaître une somme imposable de 24,7 milliards de francs.»

    Le ministre des Finances, Ueli Maurer, conclut le débat de façon assez sinueuse. Officiellement, il défend la position du non du Conseil fédéral. Mais il envoie plein de signaux comme quoi il peut très bien vivre avec le oui. Notamment en se disant «effrayé» de la méfiance de certains sénateurs à l’égard de l’honnêteté des contribuables.

    Au vote, le contre-projet est rejeté par 25 voix contre 19. Il retourne au National. (TDG)

    Lien permanent 0 commentaire
  • HAPPY BITRTHDAY Mr PRESIDENT

    Il y a tout juste cent ans naissait le plus charismatique président des Etats-Unis du XXe siècle, John Fitzgerlad Kennedy, plus connu sous ses initiales JFK. Né le 29 mai 1917 dans la banlieue chic de Boston, Brookline d’un père homme d’affaires et diplomate et d’une mère, Rose Fitzgerald dont le patronyme fera son deuxième prénom.

    Depuis qu’il avait été Ambassadeur des Etats-Unis à Londres, Joseph Sr s’était mis en tête de faire de l’un de ses fils, un président. Le décès prématuré de l’ainé’ Joseph Jr fit reporter ce rêve sur JFK que la famille appelait du surnom de Jack.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • LA Ve REPUBLIQUE PEUT-ELLE RESISTER AU TSUNAMI MACRON

    Bien que opportunément perturbé par "les affaires", la campagne électorale a permis de constater que l'approche classique de la Ve république arrive à son terme.

    De là a vouloir faire naître une VIe république il y a un pas que seuls ceux qui ont envie de voir leur nom accroché à la charte fondamentale sont prêts à franchir.

    Plus pragmatiquement, il faut se poser la question de savoir si un "lifting" de cette vénérable cinquantenaire suffit et si OUI, jusqu'où faut-il aller.

    Lire la suite

    Lien permanent 2 commentaires
  • COMMENT GOUVERNER UN PAYS ALORS QUE L'ON N'A PAS ETE ELU PAR LA MAJORITE

    Quel que soit celui ou celle qui avait vos faveurs, le train politique français a repris la route pour 5 ans, avec un nouveau chef de convoi.

    J'ai quant à moi retenu la désinvolture avec laquelle le gagnant de cette majorité très relative a annoncer qu'il gouvernerait par le 49.3 sans hésitation. Serait-ce la raison qui fait que les français, dyslexiques chroniques, ne l'ont désigné que par 43,9% des suffrages ?

    Il n'en demeure pas moins que c'est lui qui a pris les commandes du train FRANCE.

    Le voyage de cinq ans sera agréable si le nouveau chef de train respecte mieux la locomotive que le capitaine pédalo. Surtout s'il a aussi bien planifié le voyage qu'il a su manœuvrer pour accéder aux commandes du train.

    Pour réaliser un voyage agréable, il y a quelques arrêts obligatoires à faire.

    Soit pour réviser la machine, soit pour s'assurer de la fiabilité de l'équipage, soit encore pour vérifier que la destination est bien celle que veut atteindre la majorité des voyageurs.

    Ce voyage peut aussi être "THE ROAD TO HELL" comme dit Chris REA.

    Pour cela il lui suffit d'avoir à ses côtés aux commandes, tout le banc et l'arrière banc qui pérorait en son nom sur les plateaux hier soir.

    A commencer par celles et ceux qui ont régulièrement mordu la poussière au cours des 10 dernières années.

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire
  • L'effet des termites sur la précision d'un texte

    Mardi je vous ai proposé une réflexion sur la problématique de fond du financement de la prévoyance vieillesse avec la CPEG en point de mire.

    G^race à des remarques pertinentes d'amis et de lecteurs attentifs, il m'a été possible de constater quelques imprécisions rédactionnelles qui perturbent la compréhension de mon point de vue.

    Mes excuses pour ce manque de précision et mes remerciements à ceux qui me l'ont fait remarquer, de façon positive. C'est d'autant plus appréciable que pour certains, la divergence va au-delà de la lecture pour toucher le fond du sujet "comment et pourquoi le système dysfonctionne".

    Je vous livre donc une nouvelle version qui nécessite toujours autant d'attention de lecture, le sujet reste complexe.

    Bonne lecture et au plaisir de lire vos remarques ou d'en discuter de vive voix.

    cordialement vôtre,

    P.E. DIMIER

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • LA CREATION MONETAIRE DEBRIDEE VERITABLE TERMITE DU MODELE SUISSE DES RETRAITES

    Le Parlement genevois débat ces jours sur la problématique de la caisse de retraite des collaborateurs de la fonction publique.

    Contre vents et marrées et afin de lancer le débat dans l'arène politique, plusieurs partis ont demandé et obtenu qu'une séance du Gd Conseil soit consacrée à cette seule problématique, à l'ire de ceux pour lesquels il suffit de. Face à la tribu occasionnelle des YAKA, un groupe de parlementaires voulait propulser le débat plus loin, élever, non la voix comme certains au discours creux, mais la hauteur de vue à long terme.

    Mon groupe m'a confié la responsabilité d'évoquer la problématique, structurelle et à long terme, de l'impact de la création monétaire ex-nihilo sur les rendement et, partant, le taux de couverture des caisses de pension, à commencer par la CPEG.

    Lire la suite

    Lien permanent 5 commentaires
  • LA FRANCE PASSE DE LA REPUBLIQUE à LA RAIE PUBLIQUE

    Suite à la mise en examen de François Fillon, on ne peut qu'être atterré de voir  un Etat qui aime à se pavaner dans les hits de classement mondiaux des démocraties, tomber aussi bas!

    Non seulement on touche le fond en matière d'ingérence entre les pouvoirs mais encore, en laissant faire le PNF, sa création, le résident du rez public nous prouve qu'il a la volonté d'influencer l'élection présidentielle à laquelle il n'a pas eu le courage de participer.

    Il convient de rappeler ici que, contrairement à ce que laisse accroire la presse, TDG comprise, le PNF n'est pas, au sens du droit applicable dans l'UE, une autorité judiciaire à proprement parler.

    Il en découle logiquement que celles et ceux qui y exercent sa direction ne sont pas des magistrats mais des Hauts fonctionnaires, sans aucune légitimité pour procéder à une mise en examen.


    Désormais, en Hollandie, il n'y a plus de séparation des pouvoirs et, plus grave que tout, ces pouvoirs n'ont plus d'indépendance. C'est pourtant, selon SEYES, la condition nécessaire pour que l'on puisse admettre une réelle séparation des Pouvoirs.

    En Hollandie, actuellement, le roi élu dispose des mêmes pouvoirs que LOUIS XIV, le soleil en moins!


    L'ensemble de celles et ceux qui participent à cette mascarade sont coupables de collusion, l'une des infractions les plus graves dans une démocratie qu'ils ont, dyslexiques qu'ils sont, transformée en médiocratie,

    Lien permanent 1 commentaire
  • LA FRANCE EST-ELLE ENGAGEE DANS UNE ELECTION PRESIDENTIELLE OU UNE ERECTION PESTILENTIELLE ?

    Outre le fait que tout est organisé, soigneusement comme une bombe à retardement planquée dans un bagage en soute dans l’aéronef « républicain », il convient de se poser la question de savoir qu’elle est la finalité de ce bazar ?

    En apparence c’est une action « mains propres » à la française. Sur le fond c’est très bien et out le monde applaudi, les vrais républicains en tête.

    Malheureusement il y a un sacré différence entre le flacon, d’apparence séduisante et le poison qu’il contient qui, lui, pourrait être fatal à la République.

    Quelle peut donc bien être cette réalité sous-jacente au visible ?

    Comme toujours dans les luttes de pouvoir, et dans les romans d’Agatha Christie, il faut trouver à qui profite le crime puisque de crime il s’agit bel et bien.

    Lire la suite

    Lien permanent 2 commentaires
  • LE SERVICE PUBLIC D'INFORMATION EST ESSENTIEL

    Bien évidemment une partie du parlement, aux mains de lobbies puissants impliqués dans le contrôle de la presse, ne peut pas se priver d'attaquer le service public de la SSR qui reste une épine dans son pied. En réalité l'offre de la SSR est venue tellent attrayante, exempte de ces "créneaux publicitaires" qui sont une plaie, que ces parlementaires aussi peu inspirés que pertinents feraient peut-être bien de se forger une opinion indépendante au lieu d'être les perroquets des marionnettistes qui les agitent en coulisse. La SSR, particulièrement dans le secteur "radio" est tout simplement le meilleur diffuseur du pays et de très loin. Son offre couvre l'ensemble des choix et des goûts de ses contributeurs, nous! C'est en effet par le financement public que la SSR peut diffuser des programmes de service public et c'est très bien ainsi. Quel paysage "Audiovisuel" offrirait notre pays si les seuls diffuseurs étaient les marchands de soupe des radios commerciales qui reposent toutes sur le seul profit sans aucune vision de fond.
    Certes certains présentateurs, surtout dans le secteur des émissions de sujets de société sont trop impartial pour être crédibles ou encore certaines options dans l'approche des nouvelles télévisées se sont trop éloignées de la simple relations des faits pour se vautrer dans des commentaires partiaux ce qui n'est pas acceptable pour un service public. Sur ce point  il y a effectivement un recadrage indispensable à faire. Mais ce n'est pas du tout une question de moyens financiers mais d'exécution de la mission de service public qui est en cause. Le seul but de cette attaque frontale contre la SSR ne vise pas autre chose que réduire, par asphyxie,  le service public à portion congrue et faire la part belle aux réseaux commerciaux et autres moins avouables qui contrôlent d'ores et déjà la presse écrite.
    La récente entrée d'un homme de Ringier au conseil d'administration de la banque Rothschild à Londres est la parfaite illustration de ce mélange des genres qui nous rapproche chaque jour un peu plus de ce "Brave new World" apocalyptique décrit par Aldous Huxley.
    Il faut soutenir le service public de la SSR, intensifier sa diversité. C'est essentiel à la formation d'opinions qui va au-delà du dernier succès du top 10!
    R E V E I L L O N S  -  N O U S ! ! !

    Lien permanent 5 commentaires
  • LES AMERICAINS ONT ÉTÉ TRUMPÉS PAR DES MÉDIOCRATES

    Selon un rituel réglé depuis la naissance des Etats-Unis, le président élu va entrer en fonction aujourd'hui. Pour mémoire le temps qui s'écoule entre le jour de l'élection (election day) et celui de la prestation de serment (inauguration day) a été prévu pour permettre au président élu d'une part de régler ses affaire privées et, d'autre part, de rejoindre la capitale, vu qu'à cette époque on ne se déplaçait pas avec un jet à son nom!

    La première des interrogations, très sérieuse, est de savoir si No45 respectera cette obligation intangible du système constitutionnel américain. A défaut il s'exposera très vite à une procédure d'impeachment!

     

    On entend beaucoup de "démocrates" se lamenter de l'élection du perruquier mais n'ont-ils pas eux-mêmes provoqué cette issue?

    En soutenant une candidate qui n'était pas soutenable, les marionnettistes de l'âne l'ont été eux-mêmes puisqu'ils ont cru bon de tricher dans les débats opposant Bernie Sanders à dame Clinton dont les casseroles suffisaient, à elles seules, à faire fuir tout électeur sensé!

    Ils ont oublié l'origine de l'emblème de leur parti qui remonte à l'élection d'Andrew Jackson "the last Lion" durant la campagne qui devait le porter à la présidence en 1828. Ce sont ses adversaires de l'époque qui le surnommaient "jackass" en croyant faire un jeu de mots subtil sur son nom et en relation avec son slogan de campagne "que le Peuple règne". Pas très loin du motto politique de Bernie Sanders. Ils ont oublié que ce terme veut aussi dire "âne". Jackson qui était un habile politicien s'en est emparé pour le détourner vers son parti, plutôt timoré dans son soutien, oubliant qu'il sortait vainqueur des guerres Séminole ce qui lui valait un très grand prestige.

    Ces marionnettistes ont truqué les primaires démocrates et ils sont donc les premiers responsables de cette issue lamentable. Il leur appartient donc de les assumer jusqu'au bout, c'est à dire accepter que les citoyens américains ont plus rejeté leur pouliche qu'ils n'ont réellement voulu élire Jumbo, la progéniture de leur éléphant mascotte.

    Il n'en demeure pas moins que ces manigances pourraient avoir un effet bénéfique sur l'état du monde à venir dans les quatre prochaines années.

    A moins qu'il ne "trump"tout le monde, Donald ne pourra pas faire le Mickey s'il entend réussir le redressement des infrastructures de son pays totalement délabrées.

    Il n'y aura pas de fonds disponibles pour aller porter des guerres dispendieuses à travers le monde.Ces moyens belliqueux devront désormais être entièrement asservis à la reconstruction des routes, ponts et autre chemin de fer. A défaut, ses promesse électorales resteront des paroles et ne pourront pas se traduire en actes et sa présidence, pour autant qu'elle soit complète, ne sera qu'un feu follet de 4 longues années.

    Le plus regrettable est qu'il ne tiendra certainement pas l'une de ses promesses électorales les plus intéressantes, faire un audit de la FED! Cette bouteille à encre dont le gardien des mensonges est GS&Co. Or en désignant plusieurs cadres de cette boutique dans son cabinet, aucun doute qu'il a déjà tiré la chasse sur cette promesse. Voilà qui prouve la puissance de ces individus et du réseau qu'ils ont tissé pour phagocyter l'Etat au profit de quelques super riches.

    En conclusion, au lieu d'être "révoltés" contre l'élu, ces intellectuels de pacotille et ces pseudo défenseur de l'Etat d'esprit de 1776, ils feraient mieux de nettoyer les écuries d'Augias de ce parti bien mal en point après le départ du sémillant chêne qui cachait confortablement la forêt de médiocres.

     

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • LES JUGES ET L'ASSASIN

    Malheureusement, nous ne sommes pas dans cet affrontement spectaculaire d'un juge habile et tenance immortalisé par Philippe Noiret opposé à un tueur névrosé et diabolique incarné à la perfection par Michel Galabru. Des acteurs gigantesques qui nous ont dressé une fresque judiciaire d'un autre âge.

    Ici, nous sommes piètrement plantés dans le décor d'une pathétique tragédie qui a vu le jour à cause de l’insouciance de bisousnours et faucons incapables de trouver un épilogue à la hauteur du drame qui s'est tissé, lentement mais sûrement, tel une toile d'araignée prenant dans un piège diabolique une innocente victime.

    Lire la suite

    Lien permanent 2 commentaires
  • POUR QUI SONNE LE GLAS

    Voilà le quinquennat de François Hollande, cette double hybridation de la Ve République, entré dans son épilogue.

    Comme toutes les Grandes tragédies classiques, cette parenthèse aura été construite sur trois grands tableaux.

    Le premier, celui du "balai neuf balaie bien" qui, s'agissant d'une mise en bouche du mélodrame à venir, durera peu de temps. A peine un été.

    Le deuxième, "celui du trompe l’œil pour tous", tableau plutôt comique aura permis aux Français de constater que, mis à part pour le ébats d’alcôve, leur président n'a pas grand chose dans le pantalon.

    Le troisième, s'ouvre aujourd'hui et on peut d'ores et déjà l'appeler l'épilogue puisque le personnage central dans le régime politique actuel, le président, a déjà déclaré forfait.

    Quoi de plus logique pour ce brave homme qui, de Cyrano de Bergerac n'a retenu que l'art de la tirade, a cru qu'il suffisait de déclamer "moi président" pour le devenir instantanément.

    Cet homme, somme toute très ordinaire, n'avait manifestement pas les épaules pour endosser ce costume dont il avait, le temps d'un débat, dessiné des contours si chatoyants qu'il avait réussi à le vendre à une majorité de Français lassés par son hyperactif contradicteur, n'a jamais été en mesure de faire un essayage final qui lui permettent de diminuer les épaulettes, ajuster les manches trop longue et un boutonnage qui contenait avec peine une estimer de soi débordante.

    Il aurait pu rebondir à la sortie de son Ayrault d'arme. Mais alors qu'il était toujours perturbé par son harem bourdonnant, voilà qu'il fait venir à ses côtés Brutus.

    Le résultat envisageable n'a pas manqué de se réaliser. Pensant, en bon "roi fainéant"  que les barons à la Rosse lui permettraient de surfer sur un océan de platitudes, il s'est pris une "Valls" d'enfer.

    Comme cela ne suffisait pas, il a ouvert une voie Royale à son ex-favorite, il a bousillé son propre environnement et décrédibilisé ce poste pourtant important au moment de la conférence de Paris.

    C'est à partir de ce tournant que "François le Bon" a totalement perdu le contrôle du navire qu'il consciemment ou pas envoyé sur une route bien trop au Nord, chargée d’icebergs sociaux qui ont finit par crever la coque des espérances du "peuple de gauche".

    A quelques encablures de l'arrivée, le voilà qui commet son ultime erreur et ayant totalement perdu son sens de l'orientation politique, il a confondu "terre neuve" et "case neuve" qui n'est lui qu'une illusion d'optique de plus tant son profil que sa carrière, pavés de poncifs éculés sont à l'opposé de son nom.

    En ce début décembre 2016, soit 70 ans après la sortie de la chanson originale écrite par notre compatriote Jean Villard Gilles, on peut dire que la France est désormais bercée par cette cloche de François le nigaud.

    Lien permanent 0 commentaire