30/10/2008

les Constituants doivent prêter serment?

ET SI NOUS PRÊTIONS SERMENT SUR LA DECLARATION DES DROITS DE L’HOMME

 

 

 

Notre époque traverse une très grave crise de valeurs. Le krach boursier est là pour nous le rappeler de manière à la fois douloureuse et réelle, puisqu’elle frappera tout un chacun directement ou indirectement par ses conséquences économiques. Nous ne sommes pas face à une simple crise de « golden boys » mais plongés dans une profonde remise en question des valeurs sociétales. Que vaut le travail, que vaut une maison, que valent les économies accumulées, parfois avec difficultés, sur un carnet d’épargne ?

Dans ce contexte pratique et non pas théorique, il est essentiel de définir les valeurs communes de notre société.

 

Le 19 octobre le souverain a élu une Assemblée chargée de rédiger une nouvelle constitution, texte fondamental pour notre démocratie. Cette Constituante n’échappera pas à la question centrale qui est d’affirmer des valeurs fortes pour la République et chacun d’entre nous.

 

Dans ce contexte, il n’est tout simplement pas possible de penser pouvoir faire l’économie d’une prestation de serment.

Vu l’état actuel de destruction massive des valeurs, se pose donc la question de savoir sur quoi en fonder de nouvelles tout aussi indispensables, qui doivent trouver leurs racines dans notre civilisation.

 

On ne peut pas créer quelque chose de solide ex-nihilo, c'est-à-dire à partir de rien, sur du vent. Nous devons retrouver nos fondamentaux pour construire le bien-vivre ensemble sur des fondations solides.

 

Dans le passé, le choix traditionnel était la Bible, texte fondateur de notre civilisation judéo-chrétienne. Certains régimes dévoyés ont imposé le serment envers un guide fantoche. Dans notre cas, nous ne sommes pas, jusqu’à preuve du contraire, dans un régime totalitaire. Heureusement, cela écarte toute prestation de serment envers le gouvernement. Par ailleurs, la composition actuelle de l’Assemblée constituante nous rappelle que la  société genevoise est composée autant de croyants que de non-croyants ce qui rend impossible la prestation de serment sur un texte qui ne serait reconnu que par une partie des élus.

 

Quelle alternative alors ? Le décalogue, ou Les Dix Commandements, pourrait se révéler un texte de convergence qui satisferait chacun, ne serait-ce que parce qu’il commence par la célèbre injonction « tu ne tueras point ».

 

Toutefois on peut estimer que l’esprit des dix commandements a été, pour l’essentiel, repris par la déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU ratifiée le 10 décembre  1948.

 

Il s’agit d’un texte fédérateur qui peut réunir les 80 Constituants et permettre à la fois l’affirmation de valeurs essentielles tout en rendant hommage à la Genève capitale mondiale des Droits de l’Homme ainsi qu’à Henri Dunant et Elie Ducommun, tous deux Genevois et prix Nobel de la Paix.

17:44 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Voilà une idée qui me semble effectivement très bonne.

Je me demande si elle est à la portée des nombreux bloqueurs patentés qui vont siéger avec vous cher Monsieur.

Elle me séduit pour deux raisons au moins:
1. Elle permet d'éviter l'écueil du bon dieu
2. Elle positionne directement les constituants devant l'un des enjeux de cette Assemblée, donner à la nouvelle Constitution une valeur universelle. Aujourd'hui Genève est Suisse et la Suisse existe. Quid demain si Genève n'est plus suisse ou que la Suisse n'existe plus? Là au moins on a une base, une référence universelle.

Merci de cette tentative d'élever les débats au dessus du niveau de ce que nous sert habituellement le monde politique local.

Je n'ai pas voté mais si vous commencez de cette façon, alors je crois que de nombreux Genevois se passionneront pour vos travaux!

De grâce siégez dans une salle où le public aura une vraie place, pas comme le poulallier du théâtre guignol qui sert actuellement de parlement.

Écrit par : Edwige | 30/10/2008

Un homme sans foi ni loi qui prête serment est aussi crédible qu'un boursicoteur qui nous explique aujourd'hui, au lendemain du krach, connaître tout tout tout sur le placement miraculeux.

Pour les êtres de qualité, comme Isabel ROCHAT, la parole est suffisante. J'ose espérer qu'elle sera élue au prochain Conseil d'Etat pour prouver qu'il existe des valeurs sures et réjouissantes, encore et toujours.

Me Dimier, nous comptons sur vos suggestions. Merci pour votre don.

Écrit par : Jean | 30/10/2008

Cher Patrick,

Votre esprit progressif se ressent dans toutes vos prises de position. Quelle superbe idée que de prêter serment sur la Charte des drh plutôt que sur la Bible ou le Coran ou que sais-j'encore... Universelles, ces valeurs fondent la société à laquelle on tend. Et pour la Capitale de la Paix, cela constituerait un signe distinctif indéniable!

Bon vent à vos travaux!

Écrit par : Micheline Pace | 30/10/2008

Bonjour, je trouve également que c'est une idée de grande valeur. Comment faire pour qu'elle devienne réalité?

Écrit par : arkencielle | 01/11/2008

Les commentaires sont fermés.