03/02/2009

BILAN DES PREMIERES ESCARMOUCHES

24h après on se remémore cette première plénière de travail avec non point la satisfaction d’avoir vu le règlement de la Constituante passer un excellent baptême du feu, mais quelque circonspection.

 

La première est d’avoir été, pour la première fois confronté à la réalité non pas politique mais des politiques, avec leurs réflexes de survie et leur capacité au double langage sous les airs les plus sincères.

 

Certains n’ont manifestement pas compris que cette Assemblée n’est pas un Grand Conseil bis, malgré les propos de constituants pourtant plutôt fins au niveau des raisonnements.

 

La seconde est le principal enseignement de cette journée qui est tout autre, le marché de dupe de l’alliance bourgeoise qui s’est faite avoir !


Le premier test des orientations politiques ne se trouvait pas dans les amendements, à l’exception de celui posé par le MCG qui proposait que la co-présidence ne soit pas renouvelable, pour permettre à tous les groupes d’occuper ce poste certes plus honorifique que stratégique vu le partage en quatre demi-lunes.

 

Le premier test était l’élection de la co-présidence.

 

Certains naïfs, dont nous-mêmes, pensions que nous serions dans un affrontement classique entre les deux grands courants qui traverse l’Assemblée.

 

Mais la réalité était toute autre !

 

Le partage s’est fait entre gouvernants, avec en prime un hold-up de l’alliance roses/verts qui a privé les bourgeois de proposer une femme.

 

Il n’y a désormais plus aucun doute, les Verts grâce aux leçons de choses de leur duettiste berno-genevois, ont pris de la bouteille en matière de stratégie politique !

 

Bien que face à un choix qui n’en n’était pas un, les bourgeois de Brel ont quand conclu le marché qui leur a certes permis de remporter les deux derniers sièges mais qui a surtout exposé le mieux élu du Peuple aux risques d’un deuxième tour aussi immérité qu’offensant.

 

Le résultat du vote a en tout cas montré qu’en pactisant avec leurs compagnons d’équipée gouvernementale, les bourgeois ont prouvé la très grande fragilité de leur château de cartes.

 

Ils ont oublié que leurs alliés d’occasion sont les spécialistes du poker menteur. Gouverner avec eux ne leur suffit donc pas? Il leur faut encore des leçons de rattrapage! 

 

Même si on sent clairement derrière cet accord biscornu les mêmes stratèges à 4 sous qui ont permis le maintien d’un socialiste au lieu d’une libérale au Conseil d'Etat, on se demande bien à quoi ont rêvé les constituants de cette faction.

 

Ce test, Grandeur nature aura peut-être réveillé les plus vifs d’esprit. Mais il y a fort à parier que ce ne sont pas les plus nombreux car hier ils ont raté une première occasion de redistribuer les cartes pour une belle partie de bridge. Au lieu de cela ils se sont fait « poutzer » propre en ordre. C’est ce qu’on appelle être pomme avec le bourg !

 

En revanche je tiens à saluer et remercier celles et ceux de nos collègues du Bureau provisoire qui ont mis au point la cérémonie de la prestation de serment dont le lieu et l’ambiance décalée ont clairement fait la différence.

 

Certains n’ont pas aimé le voyage interstellaire, mais il est vrai que les critiques ne sont pas venues de personnalités que l’on peut qualifier d’étoiles !

 

Je suis nettement plus réservé sur la prestation de l’historienne qui nous a retracé une bien curieuse histoire de la révolution faziste et une lecture peu sérieuse de l’évolution du système politique genevois attribuant des progrès à des forces qui n’y ont pas nécessairement participé avec la vigueur annoncée mais plutôt avec un sens de l’opportunisme très développé.

 

En conclusion de cette première journée, une personne a clairement montré ses capacités à gérer une Assemblée, seule du haut de ses 23 ans, c’est Louise KASSER, et je tiens à la féliciter  publiquement pour son sens de l’à-propos et du devoir.

 

22:21 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci de relever que la gauche a effectivement fait un hold up en s'arrogeant la totalité des femmes de cette co-présidence!

Cette attitude en dit très long sur la vision paritaire du PS qui tient le même langage à l'interne en voulant imposer, au mépris total de la démocratie la plus élémentaire, un trio féminin dans ses primaires internes.

Mais il y a longtemps que le PS ne sait plus ce qu'est la démocratie et l'épisode de la triangulation BEER-TORNARE-3 FEMMES pour déterminer du meilleur candidat au gouvernement vient à point nommé pour asseoir définitivement l'ancrage de ce parti dans administrocartie la plus bornée.

Mais tout cela, comme vous le dites, il n'y a que les "bourgeois de BREL:)" qui ne s'en rendent pas compte!

merci pour ce billet et merci de nous tenir informés car le projet de constitution n'a de chance de passer que si ceux qui le font communiquent directement avec nous, les citoyennes et citoyens.

Écrit par : Jeanne Jelmini | 04/02/2009

Je pense que "les bourgeois de Brel" comme vous les appelez ont surtout oublié que leur territoire électoral a été profondément modifié par la persistance du PDC à tirer sur la gauche, la fusion des frères ennemis radicaux/libéraux et l'arrivée du MCG qui reprend le discours identitaire qui a longtemps été l'apanage des radicaux de l'après-guerre et dont le dernier représentant était un certain Henri Schmidt qui a été écarté du Conseil fédéral par la candidature de l'idécrottable Ducret dont les méthodes politiques ont inauguré les pertes abyssables des finances genevoises!

Ce qui est sûr c'est que cette brougeoisie passée ne résiste pas à la nouvelle qui est née avec l'arrivée des verts, celle des Bobos!

Le comportement politique de Cramer à la tête de son département mammouth est bien la meilleure preuve que les verts sont en fait des vers qui minent le fromage, comme les autres!

Écrit par : Richard | 04/02/2009

Je constate que Monsieur Dimier sait à la fois lire dans les étoiles et dans le secret des urnes, bel exploit ! Car s'il y a eu un certain nombre de défections et d'omissions sur des bulletins, je ne suis pas certain pour ma part qu'elles viennent toutes du même bord !L'essentiel pour moi c'est que les 4 co-président-e-s ont été élus au premier tour et ont la même légitimité. Nous devons leur souhaiter bon courage dans leur travail qui n'est pas une mince affaire puisqu'ils doivent, avec le Bureau, mettre en place les outils et les moyens qui manquent encore à la Constituante pour prendre son rythme de croisière. Merci à eux d'avoir accepter cette charge, je crois que nous avons une très bonne équipe et je leur fais pleinement confiance pour la suite.

Écrit par : maurice gardiol | 05/02/2009

Bravo à Monsieur Dimier de nous rapporter les événements tels qu'ils se déroulent réellement au sein de ce qui est supposé être une assemblée de sages.
Sages qui, pour l'instant, feraient plutot penser à des singes.

Malheureusement, leurs singeries n'améneront rien de positif pour Genève, si ça continue de cette façon.

Quand je lis Monsieur Dimier, j'essaie d'imaginer cette scène assez d'alliance de dupes entres des libéraux en pleine tentative de copulation avec leurs partenaires radicaux, et des verts qui risquent bien de perdre pied lors des prochaines élections.

Il reste à prier pour que certains, plus inspirés comme M. Dimier et quelques autres "minoritaires", sauvent cette Constituante du naufrage programmé.

Écrit par : Benjamin | 06/02/2009

Les commentaires sont fermés.