21/02/2009

INDEPENDANCE GENEVOISE No2

Voilà la réponse de la justice, celle qu’une bande de sinistres imbéciles ont cru opportun de ne pas attendre.

 

LES JUGES FEDERAUX ONT INTERDIT LA COMMUNICATION DE CES NOMS. PASSER OUTRE CONSTITUE UNE NEGATION DE L'ETAT DE DROIT!

 

Lorsque des individus, détenant des pouvoirs aussi gigantesques que ceux qui dirigent la FINMA, prennent la liberté de ne pas respecter le droit de leur propre pays, ils en deviennent ipso facto LES ENNEMIS PUBLICS.


 

Il est justifié de vous rappeler les noms de ces félons qui ont trahi leur pays et violé notre droit interne au profit d’intérêts privés, ceux d’une bande d’escrocs dirigeants de l’UBS :

Membres de la direction de la FINMA (à partir du 1er janvier 2009) publiée sur internet, donc publique :

  • Dr Patrick Raaflaub, directeur
  • Daniel Sigrist, responsable du secteur des grandes banques
  • Kurt Bucher, responsable du secteur des banques / négociants en valeurs mobilières
  • Dr René Schnieper, responsable du secteur de la surveillance intégrée des assurances
  • Hans-Peter Gschwind, responsable du secteur des assurances/branches
  • Franz Stirnimann, responsable du secteur des marchés
  • Dr Urs Zulauf, responsable du secteur juridique et des relations internationales
  • Andreas Wortmann, responsable du secteur des services

Honte à eux et à tous ceux qui les ont soutenus, conseillés ou incités à violer le principe fondateur de notre système bancaire et donc de la première industrie de ce pays.

 

Cette communication est non seulement contraire au droit mais elle constitue un acte de trahison pour celles et ceux qui ont eux confiance dans notre législation.

 

Le même comportement d’un citoyen américain contre les intérêts américains lui vaudrait un procès pour haute trahison. Ici il y aura encore assez d’ahuris pour leur tresser des couronnes de lauriers.

 

C’est un acte de félonie qui non seulement condamne l’économie suisse mais, en plus, conforte les Etats ennemis de la Suisse à en faire de même et sans retenue aucune.

 

Sachant qu’aucun romand, à fortiori aucun Genevois ne figure sur cette liste, on doit considérer qu’il s’agit aussi d’un acte contraire aux intérêts de la place bancaire privée genevoise, dont la pratique du métier est reconnue de tous pour être sans faute, cet acte est donc contraire aux intérêts des Genevois eux-mêmes.

 

Cette trahison constitue aussi un dénigrement à l’égard de toutes celles et ceux qui, travaillant et vivant du monde de la finance sont des citoyennes et des citoyens parfaitement honnêtes. Cette capitulation de l’Etat de droit constitue une mise en danger de nos intérêts vitaux et donc de notre sécurité.

 

C’est un acte intolérable qui viole les fondements du pacte fédéral lequel vise principalement à la protection des intérêts des Etats membres de la Confédération helvétique et il constitue une cause valable de sa rupture unilatérale par le Souverain genevois.

11:01 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo!
rejoignez ceux qui défendent les libertés, ceux qui en ont assez de cette dictature de politiquement correct!

Allez sur notre site et adhérez à notre association car se ne sont pas seulement vos idées qui partent en fumée mais aussi et surtout vos libertés!


http://www.lesdissidentsdegeneve.ch/

Adhérez en masse et nous soutiendrons la campagne pour l'indépendance elle est juste,fondée et constitue la meilleure solution à ce petchi total.

Écrit par : jacques | 21/02/2009

La Suisse n'expulse pas, à juste titre me semble t'il les étrangers qui risquent des représailles dans leur pays d'origine.
Par contre la Suisse dénonce les citoyens américains accusés de fraude ou
d'évasion fiscale. Ces américains n'encourent-ils pas des peines (amende ou
prison) dans leur pays ? Ne méritent-ils donc pas au moins autant d'égard et de protection que les étrangers dont il est question ci-dessus ?
Deux poids, deux mesures, étrange comme conception, je ne comprends pas il y a
une bulle quelque part...

Écrit par : bidouille | 21/02/2009

Le grand manitou local de l'UDC dit à peu près la même chose que vous.

Comme l'UDC c'est des forts en gueule mais des petits bras, ils n'oseront pas aller avec vous sur le vrai duel, celui qui fera affronter le fric sale des zurichois et les libertés des Genevois!

Si le "soli-ste" était conséquent, non seulement il devrait dénoncer l'instabilité juridique qui est désormais la règle en Suisse mais il en titerait la seule conclusion qui s'impose, la votre....SE TAILLER DE Là!!!

OUI à UNE GENEVE INDEPENDANTE
OUI à UNE GENEVE RICHE QUI PEUT ETRE SOLIDAIRE
OUI à UNE GENEVE CAPITALE DE LA FINANCE MONDIALE

ET m... au roi d'Angleterre et à son valet d'amérique!

A part ça comment se porte votre "Obamaphilie" Monsieur le Constituant????

Écrit par : Christo | 21/02/2009

Votre analyse est vraiment pertinente, M. Dimier. La Suisse ayant quitté l'Etat de droit, Genève doit quitter la Suisse, c'est une question de survie pour notre pays mais aussi pour notre économie et surtout notre éthique. Sans un fondement fort au niveau des valeurs, on ne peut rien construire.

A part ça, Obama est un traitre. Il a trahi la démocratie - ce qui est un comble pour un démocrate - et surtout nos espoirs de voir les relations entre les Etats-Unis et le Monde se placer sous les règles du DROIT et du DIALOGUE au lieu de la FORCE.

OBAMA EST DECEVANT. Souhaitons qu'il ne nous prépare pas une guerre mondiale avec ces méthodes de cow-boy.

Genève doit avant tout compter sur elle. Ceux qui disent le contraire sont des ânes.

Écrit par : libre | 21/02/2009

Et bien je fais partie de ces ânes et la reprise incantatoire du slogan maoiste "compter sur ses propres forces" me fait tomber les chaussettes. Alors parce qu'un organisme (la FINMA) dérape sévèrement (et qu'il doit être sanctionné sur le plan administratif et/ou judiciaire) c'est toute la Suisse qui mérite notre mépris ? Ce fait commande-t-il donc impérativement que nous brisions le lien confédéral qui nous lie à travers un texte fondamental : la Constitution (fédérale et genevoise).
J'avais déjà dénoncé au Grand Conseil cette dérive indépendantiste du MCG losrqu'il avait déposé un texte en faveur de ONE Fm dans lequel il était question de la "République de Genève"....tiens... tiens,... le mot canton avait disparu ! je ne m'étais pas trompé.
Le parfum de ce blog et certains des commentaires qui s'y rapportent sont tout simplement séditieux.

pierre losio
député genevois et citoyen suisse

Écrit par : pierre losio | 21/02/2009

Le député Losio n'a décidément l'esprit pas plus accroché que ses chaussettes!

Lorsque dans un accord, l'une des parties trahi l'autre il n'existe plus d'accord entre elles.

Si la FINMA a violé le droit, c'est avec l'assentiment des conseillers fédéraux donc les garants de l'alliance.

C'est cet acte que notre hôte dénonce, ni plus ni moins!

Si vous pensez que les alliances sont éternelles vous faites erreur, elles sont faites pour durer autant que les conditions qui les ont faitess sont présentes.

Ces conditions ne sont manifestement plus remplies et il est juste de se poser la question de continuer à y adhérer.

On sait bien que ceux qui vivent et ont toujours vécu des ressources publiques ont de la peine à laisser de la place au courage et à la bravoure.

Pour m'être opposé à l'oligarchie de mon époque j'ai été fusillé mais aujourd'hui les même me célèbrent! Comme quoi le temps donne toujours raison aux idées justes et enterre ceux qui n'en ont point.

Écrit par : Pierre FATIO | 22/02/2009

@Pierre Fatio
Ne serait-il pas souhaitable qu'on en reste sur le plan des arguments politiques (et votre commentaire en contient que je lis avec attention) ?

"On sait bien que ceux qui vivent et ont toujours vécu des ressources publiques ont de la peine à laisser de la place au courage et à la bravoure".
Le fait d'avoir exercer le beau métier d'instituteur pendant trente ans (dont plus de 20 dans un quartier assez particulier, les Pâquis)me condamne donc à vos yeux à porter une pancarte de honte ? Il est donc discréditant d'avoir consacré la moitié de sa vie aux enfants de Genève ?
On pourrait s'attendre de la signature que vous assumez (Pierre Fatio a mis sa peau au bout de ses idées) davantage de tenue. Alors débattons si vous le voulez mais épargnons-nous ce genre de propos qui n'enrichit en rien le débat.
p.losio
député
instituteur non repenti

Écrit par : pierre losio | 22/02/2009

Ce qui m'étonne le plus c'est que le parti du député Losio et son associé rose sont les premiers à réclamer l'autodétermination pour les peuples d'afrique, d'asie et du Tibet rénis mais il entend s'opposer l'autodétermination des Genevois! est-il vraiement là pour servir les intérêts du peuple ou, comme Brunier et quelques autres, les siens?

Il est vrai que les verts, les roses et la logique politique ne sont pas passés par le même chemin.... de campagne!!!

Il n'y a aucun problème à l'indépendance genevoise si la Suisse n'est plus en mesure de la garantir, c'est simple et ça n'a pas de quoi faire tomber les chaussettes de qui que ce soit, sauf les lavettes ça va de soi!

Décidément les braves gens de Brassens ont la vie aussi dure que l'esprit petit.

J'espère seulement que la presse aura le courage de relancer ce débat qui est passionnant!

Écrit par : Patrick Jackson | 22/02/2009

Je suis surpris de la réaction de M. Losio, personnalité souvent ouverte et intelligente, qui perd ici son esprit critique.

La loi suisse se retrouve à la botte des moindres fantaisies du gouvernement américain et le Conseil fédéral n'a pas le courage de faire respecter sa loi.

La sédition provient des Etats-Unis, pour utiliser votre vocabulaire. On pourrait aussi parler de DICTATURE ou de TOTALITARISME larvé, puisque la décision démocratique et la loi sont foulées au pied.

Si la loi suisse n'est plus respectée, Genève doit quitter la Confédération ou s'en détacher et faire respecter la loi. C'est dans ces conditions que l'INDEPENDANCE genevoise peut être une solution, au minimum l'expression de la SOUVERAINETE de la Cité.

Peu importe qu'on soit pour ou contre le secret bancaire. Ce qui est grave, c'est le diktat et le chantage américain. Si les USA sont prêts à ça, ils sont prêts à tout et nous devons avoir le courage de leur tenir tête au besoin.

D'ailleurs la Souveraineté genevoise existe. Il suffit de la faire respecter, ce qui n'est plus le cas.

Et je vous rappellerai que Genève est actuellement une REPUBLIQUE et accessoirement un canton.

On ne peut accepter ni la tutelle de Berne ni moins encore celle de Washington.

Écrit par : libre | 22/02/2009

Ce qui surprend le plus dans la réaction de M. Losio qui est plutôt connu pour sont indépendance d'esprit c'est qu'ici il perd tout libre arbitre et le sens de la souveraineté qu'il est pourtant supposé défendre comme député. Son mandat et de veiller à la souveraineté du peuple et non pas celle de la berne fétéraale!

Au cas où il l'aurait perdu de vue, il doit allégance au Peuple et non pas à la Confédération.

Quant à sa fonction d'enseignan, certainement plus utile à la collectivité à son époque qu'aujourd'hui, il faudra qu'il nous explique le rapport avec la choucroute.

Alors prenez du repos M. le député, c'est dimanche.

Demain ça ira mieux vous pourrez aller faire votre commission de l'envie-ronronnement!

Écrit par : démocrate pâquistanais | 22/02/2009

J'aimerais quand-même vous rappeler ici que le gouvernement genevois n'est pas non plus un champion en ce qui concerne le RESPECT DE LA LOI ! Le chef du DIP Ch. Beer a engagé 93 directeurs sans base légale.
Certainement c'est moins grave que la dénonciation de certains noms à l'état américain, interdit pourtant par les juges fédéraux,ce qui est à mon avis inadmissible, mais je ne pourrai pas faire confiance à une Genève indépendante !
Ce canton n'est de loin pas blanc comme neige ! Rappelez-vous également de Bertossa, grand procureur socialiste, qui a fait perdre pas mal d'argent au contribuable etc.
Et en plus derrière cette "affaire des noms" il y a peut-être des arrangements que nous ignorons. Je suis certaine qu'on nous cache la moitié, comme toujours et toute la vérité, rien que la vérité ne sortira jamais.
Mais il est vrai que la SUisse doit arrêter de se mettre à genou devant l'arrogance d'un Etat comme les USA (et égalementdevant l'Europe, qui ne s'attaque que à certains secrets bancaires mais pas à d'autres, comem par hasard...) qui sont tout de même les premiers responsables de la crise financière que nous vivons actuellement. Que cet état proclame une amnistie, et l'argent retournera peut-être automatiquement chez eux, d'ailleurs ils ont déjà annoncé comme quoi les fraudeurs ne subiraient pas vraiment de conséquences !

Écrit par : Marion Garcia--Bedetti | 22/02/2009

Que les radicaux cessent de gouverner avec leurs petits amis socialistes et après ça ils pourront venir faire des commentaires.

Pour l'instant c'est bel et bien le radical du gouvernement qui est plus proche de Beer en soutenant le contre projet à l'IN134!

Le seul parti qui prenne réellement le défense de cette IN134 c'est le MCG!!!!

Pour le reste pardonnez-moi Mme Garcia mais comme le "démocrate pâquistanais" avec le député Losio, je ne vois pas le rapport avec le choucroute, ce qui est un comble quand on parle avec une radicale!!!

La preuve que les fédéraux ont tout faux et qu'il y a péril en la demeure, c'est que la LEGA lance une initiative pour inscrire le secret bancaire dans la constitution fédérale.

Je me demande si M. Dimier n'a pas proposé la même chose pour la Constitution genevoise qu'il est chargé de réécrire avec 79 autres zélus zélés.

Ce qui rappelle aussi à M. Losio que ce n'est pas la première fois que M. Dimier est en avance sur son temps.

Merci au MCG de veiller sur les âneries des autres, y compris les mangeurs bio.

Écrit par : janine | 22/02/2009

Quel plaisir de voir les lamentables Losio et Souaille répandre leur baves. Il est vrai que cela est out à fait normal pour deux limaces. Les pauvres, ils ne leur restent plus que les blogs de la TDG pour tenter de justifier leurs misérables existences.

Écrit par : Jack | 23/02/2009

@ Jack:
Je ne connais pas vos différends avec Mess. Souailles et Losio et je ne souhaite pas que vous les régliez via mon blog.

Cela ne veut pas dire pour autant que je cautionne les prises de position du premier nommé à mon égard mais simplement que j'estiime que ses propos le désservent plus qu'autre chose. Ce d'autant qu'il ne me connait pas et ne m'a jamais affronté dans un débat ouvert eet loyal.

J'attends son invitation pour le faire.

Pour ce qui est du député Pierre LOSIO, je suis comme "libre" plutôt étonné de son dérapage verbal car c'est un parlementaire pour lequel j'avais de l'estime et j'espère bien pouvoir continuer à en avoir.

Je mets donc sa réaction sur le compte de l'émotion et je m'en expliquerai de vive voix avec lui à une prochaine occasion.

Merci à "Jack" de bien vouloir respecter les conditions de participation à mon blog car même si les mots peuvent être forts, les expressions ne doivent pas être dégradantes, y compris pour mes adversaires les plus farouches.

Laissez-leur le soin de se discréditer tout seuls.

Merci pour vos commentaires, ils prouvent que nous sommes dans une démocratie dans laquelle la liberté d'expression est une règle en vigueur.

Écrit par : Patrick Dimier | 23/02/2009

M. Dimier, je ne connais pas ce Jack et n'ai donc aucune idée du type de différent que je pourrais avoir avec lui. En ce qui concerne un débat, je suis à votre disposition, le tout étant de savoir sur quoi ? Il est clair pour moi que vous ne jouez pas dans la même catégorie que M. Stauffer, c'est pourquoi votre acoquinement avec lui me gêne au plus haut point. Vous êtes en quelque sorte sa caution intellectuelle et c'est une grave responsabilité.
N'étant guère attaché à l'idée d'Etat nation, en souhaitant même ouvertement la disparition, je dois reconnaître que je pourrais avoir de la sympathie pour vos idées s'il s'agissait d'autonomie. Car je prône personnellement l'idée d'un gouvernement mondial ne traitant que les quelques problèmes qui doivent l'être à l'échelle mondiale, et laissant une grande autonomie aux entités régionales.
Mais pour moi, idéalement, l'entité régionale genevoise ou plutôt lémanique recouvre une grande partie de la Suisse romande et de la France voisine.
Par ailleurs, le destin des petits entités fiscalement paradisiaques prospérant au coeur de l'Europe touche clairement à sa fin. L'UE sonne la charge et c'est l'hallali. Vouloir transformer aujourd'hui Genéve en l'un de ces ilots voués à disparaitre de la scène financière, c'est juste aller à rebours de l'histoire.
Par contre, une région lémanique transformée en capitale du monde par une présence accrue des organisations internationales, cela pourrait faire sens.

Écrit par : Philippe Souaille | 23/02/2009

Les commentaires sont fermés.