04/03/2009

INDEPENDANCE No3

Chaque jour  le pouvoir fédéral fourni son lot de déception . Chaque jour un peu plus on sent bien que l’équipe qui prétend gouverner ce pays nous prépare plus une répétition de Marignan que de la victoire de Morat.


Comme je l’ai déjà dit, et avec moi de nombreux vrais spécialistes de la communication de crise (je ne suis qu’un observateur amateur), dans une telle situation il n’y a plus de quoi tergiverser, il faut agir vite et de manière aussi forte que ceux qui veulent mettre la pays à genoux.

 

Comme l’a justement dit M. Weiss (eh oui je sais reconnaître lorsqu’il a raison, contrairement à lui) nos pires ennemis sont ici en Suisse.

 

Ils pourrissent le système de l’intérieur. Par la faute de la majorité de ce collège fédéral, la minorité va obtenir avec l’aide de l'extérieur, ce que le Peuple ne lui aurait jamais donné, la perte du secret bancaire !

 

Mais il faut ajouter que cette disparition, outre le fait qu’elle profitera au monde anglo-saxon en priorité, va conduire inexorablement à l’adhésion de la Suisse à l’union européenne car notre économie n'existera plus et que, comme les pays de l’Est, nous vivrons aux crochets des pays riches qui nous entourent et nous jalousent.

 

Au train où vont les choses, il faudra bien que les Genevois se réveillent et que si, par malheur, la Suisse abandonnait la moindre parcelle de ce principe fondamental de la protection de la sphère privée, ils n’auront plus d’autre voie que d’entamer le processus de séparation de cette Confédération et qui se comporte  avec l’Europe comme elle le fit face à l’Allemagne, c’est à dire lâchement et sans courage.

 

Les attaques à répétition de nos deux voisins, l’Allemagne et la France, qui feraient d’ailleurs mieux de balayer devant leur porte en matière de morale politique, sont la démonstration que si la Suisse baisse sa garde la France fait monter la sienne en première ligne !

12:34 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il y a deux choses à dire qui ne le sont jamais:
1. L'Angleterre a une loi sur les Trust qui permet de mieux planquer l'argent que le secret bancaire suisse et qu'il serait honteux que les autorités suisses baissent les culottes face aux anglais.
2. Les américains ont eux aussi des paradis fiscaux notamment utilisés comme paravent à leurs opérations de destabilisation politiques.

Mais la cerise sur le gâteau est du côté suisse. Ce qui paralyse les Suisses c'est que se sont les américains qui conservent la réserve d'or à Fort Knox depuis la dernière guerre.

Merci pour votre combat en faveur de l'honneur national.

Pierre Dürr
jeune retraité bancaire

Écrit par : Pierre Durr | 04/03/2009

Vous avez tout à fait raison, M. Dimier. C'est en période de crise qu'arrive l'heure de vérité, et pour la Suisse - également pour Genève - elle est bel et bien là. Inutile de tergiverser.
La question de l'indépendance nationale de Genève, en alliance avec la Suisse et d'autres régions européennes, ne peut être éludée. Elle est là. Dans toute sa dimension angoissante. Il n'existe pas d'autre solution que le courage et la volonté.
Certes, ces valeurs ont bien perdu de leur actualité, hélas. Mille fois hélas.
Revenons à une communauté de valeurs, la République, oui, la République.

Écrit par : libre | 05/03/2009

Les commentaires sont fermés.