11/01/2010

A PROPOS DE LIBERTE DE REPUBLIQUE

Charly Schwarz nous porpose une intéressante discussion sur la liberté républicaine dans son blog de ce matin:

Il existe une troisième façon de comprendre la liberté et ses exigences institutionnelles. C’est la conception républicaine. Elle consiste en une absence de domination.


Ce fut aussi l'idéal de Toussaint Louventure, esclave noir grâce à qui fut proclamée la première République noire au Monde, celle d'Haïti en 1804. Il ne vit pas cette réussite puisque Napoléon, reniant l'abolition de l'esclavage décrétée pendant le Convention de 1794 envoya une armée contre lui. Lorsqu'il se rendit les hommes de Napoléon lui demandèrent où il avait caché ses trésors et il répondit simplement "ce que j'ai perdu est bien plus qu'un trésor, c'est ma liberté et celle de mon peuple" (Toussaint Louverture mourut en captivité au Fort de Joux dans le Jura, en 1803)

Effectivement, la conception de la liberté telle qu'elle doit être en régime républicain, comme dans tous les autres d'ailleurs, est celle qui ne comprend pas de domination. C'est une liberté égalitaire.

Malheureusement cette conception est totalement utopiste tant et aussi longtemps que les systèmes politiques qui régissent le monde sont conçus pour pour le dominer!

Même en Suisse où, pourtant, les possibilités d'abus de pouvoir sont très réduits, on assiste à des séquestrations de démocratie.

On on a même pu voir dans un passé très récent, ici à Piogre, une alliance marxo-libérale contourner les règles pour qu'un élu puisse établir son quartier général assez proche de l'Arquebuse pour lui permettre de tirer à vue sur les règles les plus élémentaires de droit. Cela prouve d'une part que les marxistes ne sont pas des démocrates et d'autre part que les bourgeois sont toujours aussi.... comme dirait Brel.

Que dire encore de la débandade de Copenhague qui nous a bien montré que l'asbence de domination est illusoire et que bien que la majorité des citoyens du monde veulent un changement, il suffit que les grands s'entendent pour que rien ne soit possible.

Alors OUI à une liberté sans domination mais comment la réaliser puisque la nature même de l'Homme est de dominer, à commencer par la nature qu'il parvient même à détruire à force de domination!

L'exercice de la Constituante qui devrait être un laboratoire d'idées dans ce domaine n'est en fait qu'un bocal dans lequel toutes les idées sentent le renfermé. La prochaine Constitution, si elle voit le jour, ne fera donc aucune percée dans ce domaine j'en ai bien peur!

 

10:47 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.