07/03/2010

MISE AU POINT

La TSR a produit l'une de ses plus pitoyables émissions depuis fort longtemps hier soir sous la houlette de la houleuse Mme Portier qui n'a pas été celui du bon goût, laissant la porte ouverte à toutes les dérives auxquelles une télévision de service publique ne peut en acun cas se livrer.

Je connaissais la médicacratie dénoncée par de Closet voilà la médiocratie télévisuelle.

 


Dans une premier dérapage la présentatrice, on ne peut parler de journaliste à un tel niveau, Mme Portier a cru bon de questionner Juliette Binoche, son invitée, sur l'affaire Polanski de la façon la moins professionnelle et la plus scélérate qui soit, mettant son invitée dans un embarras manifeste et perceptible. Je ne suis d'ailleurs pas le seul à l'avoir relevé puisqu'un autre téléspectateur lui a fait la remarque par SMS interposé.

Mais le sommet aura été atteint avec la présentation du reportage sur le Mouvement Citoyen Romand. Une telle production dont l'axe était exclusivement à  charge constitue de la désinformation partisane, donc inadmissible de la part d'un média public financé par de l'argent public.

Il ne fallait donc pas s'attendre à ce que l'entretien d'Eric Stauffer soit neutre. Même s'il hérisse toute la gauche caviar qui tient en otage la rédaction de la TSR, ce n'est pas une raison suffisante pour se comporter de la sorte.

Tout comme M. Stauffer je réprouve toutes les formes de racisme et de xénophobie. La lutte contre l'exclusion de personnes légalement établies à Genève de postes de travail, dans la fonction publique, au profit d'étrangers domiciliés à l'étranger n'étant, par nature, ni de la xénophobie ni du racisme, mais relevant de la défense de nos concitoyens les plus modestes. Ceux-là même que la gauche hupée du microcosme genevois qui préfère les villas aux quartiers populaires et les appartements des caisses de pensions publiques aux loyers libres du marché, oublie et méprise du haut des fonctions fort bien rémunérées qu'elle occupe (400'000 pour un mi-temps!) et que le MCG dénonce.

Les deux personnes présentées dans le reportage ont démissionné des clubs auxquels elles appartenaient. Cela a été répété et le fait que le site internet ne le mentionne pas n'est certainement pas une preuve de mensonge. Croire cela ramène l'impartialité au rang de faire valoir.

Il en va de certains médias comme des courtisans, ils marchent proches des puissants pour mieux en abuser et faire croire au bon peuple qu'ils se préoccupent de lui!

 

 

 

 

23:21 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

J'ai suivi cette émission: J'aime que l'on se taise quand je parle, et j'ai l'élémentaire courtoisie de fermer ma gueule lorsque d'autres gens s'expriment

@J.C. Simonin: Je publie votre réaction sans vraiment en comprendre le sens!
P.Dimier

Écrit par : J.C. Simonin | 07/03/2010

Une entretien on dira dynamique. Mais admettez que l'équilibre a été respecté Eric Stauffer a eu longuement l'occasion de préciser son point de vue. Cela pour la bonne compréhension de votre note, il aurait été utile d'indiquer le lien de l'émission dans votre note. le voici http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&bcid=741034#bcid=741034;vid=11865387, vous pouvez l'associer à un mot ou un groupe de mot. Une fois ces mots sélectionnés, cliquez sur le petit trombone dans la barre des menus et coller le lien, puis enregistrez votre note. D'autres modes d'emploi pour bien bloguer sont disponibles dans le blog des blogs à cette adresse http://webzine.blog.tdg.ch. Bonne journée

Écrit par : JF Mabut | 08/03/2010

C'est un fait, c'est une spécialiste de la TSR : les journalistes préfèrent s'écouter en posant à tout prix leurs questions (préparées d'avance et donc sans surprise) sans prendre la peine d'être dans le contexte et d'écouter la réponse de leurs invités en leur coupant souvent la parole à mauvais escient. Bref, ce n'est pas un dialogue, c'est un quasi monologue journalistique très pénible. MM. Marchand et Rappaz devraient s'en préoccuper et mettre un terme à ses interviews peu plaisants.

Écrit par : demain | 08/03/2010

Cette " journaliste " est d'une incompétence notoire. Son séjour aux USA fut sur le plan journalistique une calamité avec une désinformation totale. En 2007, elle suit le 1 er tour des élection francaises et nous explique la brillante réussite de Bayroux, dont on connait le résultat. Hier soir, en plus de la stupidité " polansky " elle a essayé d'empècher Stauffer de parler et de répondre à ses questions, faisant preuve d'une impolitesse et d'un manque d'éducation qui se répendent à la télèvision, de plus en plus souvent. Que ferait cette femme dans une télé normale c'est à dire non gauchiste et journalistiquement neutre?? C'est simple, elle pourrait éventuellement nettoyer les bureaux.

Écrit par : Brun | 08/03/2010

Je ne partage pas votre avis, M. Dimier. Mme Portier a laissé M. Stauffer se distancier des affinités douteuses (certes appartenant au passé d'après l'annonce de M. Stauffer, mais visiblement abandonnées que très récemment...) de ses deux nouveaux disciples. en téléspectateur neutre, je n'ai pas eu l'impression à un seul instant que M. Stauffer partageait les opinions que MM. L'épée et Newton ont pu avoir, et je ne pense pas que le reportage ou l'interview l'ont laissé penser. En ce sens, le reportage et l'interview ont été justes. Je pense de plus qu'il était justifié de pointer ces liaisons dangereuses qu'ont pu entretenir les deux nouveaux présidents de section. C'est le travail du journaliste que d'informer le public. L'information a, semble-t-il, été traitée avec sérieux, et si l'on peut regretter de ne pas en savoir plus sur le "programme" du Mouvement Citoyen Romand et ses nouvelles sections, on ne peut pas nier que les liens des jeunes politiciens "dynamiques" flirtent avec l'illégalité sur certains thèmes. De ce point de vue, il était complètement normal d'en informer les "citoyens" intéressés à se voir défendre par ce nouveau mouvement. Quant au procès d'intention que M. Stauffer dénonce dans l'interview, et à la partialité que le non-traitement d'une similaire affaire touchant un parti de gauche plus politiquement correct, il n'est pas pertinent. Au fond, il revient à admettre la gravité des faits; je suggère donc à M. Stauffer de choisir une position, soit de dénonciation de ces faits potentiellement graves touchant ses nouveau disciples ainsi que d'autres politiciens d'autres partis, soit de rejeter leur importance. Concilier les deux positions me semble relever de ce qu'on appelle communément "populisme", avec tout l'accent péjoratif que ce terme mérite.
Bien à vous,
M

Écrit par : Maurice | 08/03/2010

Les commentaires sont fermés.