25/04/2010

DU PAS DE SENATEUR A LA DRAGEE FUCA

Ainsi donc nous arrivons au terme de la première phase des travaux de la Constituante, celle de l’analyse de la situation actuelle et les transformations souhaitées par les uns ou les autres dans un grand souk non pas oriental mais désorienté.


Des mois durant, avec application et sérieux, la très forte majorité des 80 constituants se sont réunis pour travailler, triturer et malaxer une Dame fort(e) honorable, née de la volonté révolutionnaire de ceux de la basse ville et qu’il ont arrachée au prix de prises sans prix des privilèges que ceux de la ville haute gardaient jalousement.

Ce travail fut certes facilité par le fait que les adversaires d’hier sont en pleine (ef)fusion ce qui n’enleva pourtant rien aux confusions nées d’autres défenseurs, certains non plus venus de la basse ville mais d’autres villes et d’autres horizons.

Ce travail, une fois encore très sérieux, conduit de façon sereine par des président(e)s fins diplomates et fort bien structurés dans leurs méthodes. A tel point que pour la majeure partie des constituants ce travail, d’archéologues politiques, a été accompli avec intérêt, zèle pour certains, enthousiasme pour d’autres mais jamais dans l’indifférence, hormis quelques inévitables tires au flanc.

L’ensemble de ces travaux a donc été conduit avec le pas assuré du Sénateur sans excès, sans bruit, mais efficacement.

C’est pour cela que la soudaine précipitation d’une bande d’agités du local est incompréhensible.

Alors que nous finissons à peine les travaux de commissions, voilà que des personnes que nous n’avons jamais vues à la tâche viennent imposer un changement de rythme qui n’est tout simplement pas sérieux.

Imaginez que des Commissions vont finir leurs travaux jeudi et que leurs rapporteurs devront rendre des rapports, complexes, le lendemain matin !

Cette précipitation est-elle due à l’obsession de certains milieux qui attendent de la consultation publique, dont les exigences et les critères de base ne sont pas même définis, des miracles ou des oracles, je ne le sais pas. Ce qui est certain en revanche c’est que cette précipitation est mal venue, inutile et contraire au sérieux mis à l’ensemble de la première phase jusqu’ici.

Certains libéraux ont traité cette Assemblée de « constipante » et je ne sais pas si c’est sous leur impulsion de cette soudaine course est voulue mais elle s’apparente aux effets de la dragée fuca si comiquement mis en scène par Coluche !

Ce qui est certain c'est que cette précipitation est contraire au sérieux mis jusqu'ici pour élaborer des thèses de réforme, que l'on soit ou non d'accord avec les propositions qui sont sur la table.

15:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.