01/12/2010

DIX STRICTS OU 45 HISTORIQUES

La plénière de la Constutante s’est penchée hier sur la question de la réorganisation territoriale.

Curieuse entrée en matière de l’UDC qui voulait, tout bonnement, annuler les votes de la docte Assemblée qui s’était majoritairement prononcée en faveur de l’envoi en consultation du modèle des districts.


Notre groupe, bien qu’opposé à ce schéma a acceptée d’envoyer ce modèle en consultation. Cet accord avait comme condition  que l’on en resta aux grands principes d’un tel partage.

Dans cette perspective, selon notre groupe, les thèses votées à ce sujet suffisent amplement à questionner nos concitoyens sur cette question qui est, il faut le reconnaître, extrêmement complexe.

Elle est complexe du point de vue des mécanismes à mettre en place sur le plan institutionnel et elle est complexe car elle met opposition la vision des BoBos urbains branchés et celle de nos campagnes pour lesquelles les dits BoBos ont souvent une condescendance distante, un peu comme Michel Delpêche avec le Loir et Cher dans les années hippies.

Partant du principe que les thèses votées suffisent largement en l’état pour la consultation à venir, notre a refusé toute nouvelle thèse sur la question des districts.

Notre position politique est claire et, une fois de plus, l’une des rares à être cohérente. Si, au retour de cette Consultation, nos concitoyens sont plus enthousiastes que l’Assemblée ne donne l’impression de l’être, alors il conviendra que la CoT4 remette l’ouvrage sur le métier et propose un modèle étudié à fond. Certains semblent avoir oublié, perdus dans les nimbes de la conceptualisation hors sol, qu’il nous appartient certes de proposer des solutions mais qu’au final c’est le Souverain qui dit ce qu’il veut. Seule la volonté du Peuple compte, n’en déplaise à ceux qui le brocardent lorsqu’il s’exprime dans un sens qui ne leur convient pas.

Si, au contraire, nos concitoyens nous renvoient un message nous demandant majoritairement de réorganiser le territoire autour des Communes, alors le groupe MCG remettra sur la table de discussion le modèle qui comprend un Conseil des Communes. C’est le seul moyen sérieux qui permette à la fois de donner aux Commune une masse politique critique suffisante pour contrer les volontés, souvent hégémoniques de l’Etat, et de contre balancer le poids excessif de la Ville qui déséquilibre tout. C’est enfin, grâce à l’incitation au regroupement voté hier, un moyen efficace de donner à la politique communale de la cohérence dans l’actions.

Mais pour notre groupe l’essentiel, au stade de la première consultation, est que nos concitoyens aient le choix entre une refonte du territoire à la française, ou plus conforme à nos Us et Coutumes, en favorisant le regroupement des communes, selon leurs vœux, sensibilités et surtout histoire.

Eviter cette discussion, comme le souhaitaient tous les ultras conservateurs de la droite dure à la gauche la plus doctrinaire, constituait à nos yeux une erreur. Nous sommes très heureux de constater, au lendemain de ce débat très intéressant sur un gros sujet, que la majorité de l’Assemblée a suivi notre proposition et que c’est bien le principe des districts qui est proposé à la consultation tout en maintenant les mécanismes communaux. ouvrant ainsi le choix entre les deux modèles.

A ma connaissance, il n’existe pas de procédure plus démocratique que celle-ci. Elle maintient l’ouverture d’esprit à une nouvelle vision et n’impose rien de façon abusivement autoritaire, comme ceux qui entendent réduire les communes à des coquilles aussi vide que la plupart de leurs idées.Notre perception de la démocratie est qu’elle vient du Peuple qui est, cela figure dans notre programme, seul détenteur de son autodétermination, à commencer dans la Commune, véritable cellule souche du modèle démocratique suisse.

Pour ce qui est de l’UDC nous avons été surpris de constater que ce parti, en proposant d’annuler des votes acquis, soutenait l’anarchie et c’était une surprise pour nous de voir l’UDC aussi proche de ce courant de pensée! Mais il est vrai que l'UDC a une imagination très fertile et pleine d’initiative. Ce positionnement assez curieux n’en fait pas,  pour autant, notre mouton noir !

Il appartient désormais à nos concitoyens, soit individuellement, soit par leurs associations soit encore par leurs autorités, de se prononcer sur ce premier avant-projet de Constitution.

Quoiqu’en disent certains, cette nouvelle constitution sera bel et bien dans l’Esprit d’ouverture qui caractérise Genève, petite République au cœur de l’Europe!

15:48 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Certes, mais croyez-vous vraiment que la consultation de 2011 va trancher le nœud gordien? Il y a fort à parier que le statu quo sorte de cet exercice, Genève n'est pas Glaris. http://jfmabut.blog.tdg.ch/archive/2010/12/01/la-constituante-entre-en-hibernation.html Au plaisir de vous lire plus régulièrement

Écrit par : JF Mabut | 02/12/2010

Les commentaires sont fermés.