24/01/2011

CHER FRANCK

Nous avons tellement échangé nos idées et fait campagne pour parvenir à la révision de la Constitution de notre République que ton départ est pour moi un immense gouffre qui s’ouvre devant moi.


Sans ta participation à la publication à notre essai commun sur le projet de Constitution, il est certain que je n’aurais pas eu les outils de conviction nécessaires pour rallier les suffrages de nos concitoyens au delà du cercle politique, élément essentiel pour quiconque entend gagner une élection.

Sur le plan de l’Assemblée ton départ constitue une perte réelle ressentie par l’ensemble des constituants qui m’ont approché ce qui démontre bien que ton apport à nos travaux était de première importance, quand bien même tes prises de parole étaient plutôt rares.

Cette parcimonie dans les prises de parole nous rappelle que tu as toujours préféré les actes et les faits aux grandes tirades dogmatiques aussi creuses qu’elles sont longues.

En ce moment de séparation définitive permets-moi, au nom de notre groupe, de toutes celles et ceux qui ont fait campagne à tes côtés auxquels s’ajoutent les constituants, de dire notre immense tristesse et notre respectueuse considération pour tout ce que tu as fait pour le processus en cours à la Constituante.

Adieu cher Franck même si, selon nos convictions communes, ce n’est qu’un au revoir.

 

Patrick

17:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.