04/02/2011

REMETTRE L'OUVRAGE SUR LE METIER

Notre groupe n’est pas du tout satisfait de cet avant-projet mais pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les atermoiements que nous avons entendu et qui émanent de ceux-là même qui tiennent la majorité de la Commission de rédaction !


Contrairement à ce que ces groupes prétendent avec la mauvaise foi qui caractérise ceux qui ne sont démocrates qu’à la condition d’imposer leur loi nous affirmons ici:

 

OUI  Les travaux ont consacré d’importantes avancées pour tous ceuxqui sont de bonne foi.

 

OUI nos travaux du premier tour ont été de bonne qualité et malgré nos différences ce que nous avons envoyé à la Commission de rédaction constituait une bonne base de travail,

 

OUI les votes des plénière de 2010 permettaient de faire un texte de qualité pour qui voulait aller au-delà d’un laborieux exercice de copiste,

 

OUI Nous sommes d’accord avec la grande majorité des thèses votées à l’exception de l’extension des droits civiques des étrangers car nous voulons prioriser leur accession à la nationalité suisse, et pour cela nous devons inscrire dans notre nouvelle Charte une disposition sur l’intégration qui fait cruellement défaut actuellement et permet les discours les plus populistes,

 

OUI nous pensons que l’hospitalité dont nous avons abondamment parlé n’est pas correctement traduite et que ce n’est pas en donnant le hochet d’une hypothétique élection qui ancrera ce principe dans nos mentalités,

 

OUI nous pensons que le nettoyage de l’ancienne constitution est et demeure nécessaire et nous persisterons à mettre tous nos efforts au service de ce travail qui n’est pas facilité par la médiocrité du texte qui nous a été livré,

OUI nous regrettons que cet avant-projet, loin des riches heures du Duc de Berry, ne soit qu’un exercice de copiste sans la moindre élévation de l’esprit. Nous ne demandons pas que le texte soit riche en enluminures, nous demandons qu’il ait du souffle qu’il comporte plus et mieux qu’un alignement d’article qui ferait peur à n’importe quel apothicaire. Le texte qui nous a été remis ne peut qu’être le fruit de théoriciens du droit, de nostalgiques des dispositions alambiquées. Cette nostalgie de la constitution de 1847 a de quoi vous rendre « A-FAZYQUE » et le pauvre James doit se retourner dans sa tombe en voyant qu’il a fallu toutes ces heures et toutes ces séances pour ne produire au final que ce qui est sous nos yeux.

Certes Paris pas plus que Genève ni la République ne se sont faites en un jour et nous voulons bien considérer que ce texte n’est qu’une ébauche grossière de ce que nous devrons soumettre au Souverain l’an prochain.

Il faut donc se remettre au travail, il est colossal et il ne s’agit pas, comme certains le disent dans les travées, que d’ajustages, il faut reprendre l’ensemble et remettre l’ouvrage sur le métier.

 

OUI nous dénonçons ceux qui se sont fait élire avec pour seul but l’échec du processus en cours et qui, séance après séance, plénière après plénière, nous rabâchent la même ritournelle et enfoncent des portes qui sont, définitivement, plus ouvertes que leurs esprits,

 

 

En revanche nous disons ici haut et fort que :

 

NON cet avant projet n’est pas, sur le fond, en recul par rapport à celui qui est actuellement en vigueur,

NON nous ne le rejetterons, pas au final, à l’expresse condition que sa formulation redevienne accessible à tout le monde, simple dans sa formulation et concise,

NON nous n’avons pas l’intention de le combattre comme ceux qui ont déjà sortis les pâles planches de leurs tranchées mentales, aussi désuètes que leur discours est abscond.

NON nous ne quitterons pas notre ferme opposition à l’éligibilité des étrangers, à fortiori si la recomposition territoriale agrandi les espace de démocratie de proximité car nous persistons à dire que la réelle intégration est celle qui invite l’autre à partager plus qu’une parcelle du pouvoir, aussi attrayante que cela puisse être pour les partis dont ils seraient les porteurs d’eau.

NON nous n’avons pas l’intention de fléchir sur l’octroi d’un réel pouvoir d’opposition accordé au Peuple par de nouveaux outils de démocratie directe rendus plus accessibles à l’issue de nos travaux de 2010,

Enfin NON nous n’avons pas l’intention de couler l’œuvre que nous avons entreprise car cela reviendrait à trahir gravement la confiance de 80% de nos concitoyens qui nous élus POUR une réforme constitutionnelle et non pas pour lutter CONTRE celle-ci.

C’est donc avec détermination que notre groupe mettra tout en œuvre pour que ces travaux permettent de soumettre au Souverain un texte qui rassemble plutôt qu’il ne divise, un texte qui soit moderne en respectant la tradition, un texte qui soit respectueux de l’autre et lui accorde volontiers l’hospitalité pour autant qu’il accepte nos règles, nos Us et nos Coutumes.

16:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.