09/03/2012

GRACE à L’UDC GENEVE RESTERA EN RADE

La plénière du 8 mars comportait plusieurs sujets importants pour le futur de Genève, notamment en matière de mobilité.

Ce sujet, avec ceux de la sécurité et du logement est au centre des préoccupations de l’ensemble de la population du bassin genevois.


Ce sujet, avec ceux de la sécurité et du logement est au centre des préoccupations de l’ensemble de la population du bassin genevois. Après discussions avec les Verts dont la remarque principale était que seul un concept global en matière de transports  dont la finalité serait la réduction de 30% de la circulation automobile à l’épicentre de l’agglomération serait de nature à les rallier à notre vision, un petit groupe de travail a planché sur cette thématique.

Il en est ressorti le projet d’article ci-dessous qui s’inscrivait au chapitre des infrastructures majeures permettant le désengorgement du centre ville.

L’Etat réalise les infrastructures utiles pour les transports publics et privés, en particulier :

a.       le contournement de l’agglomération par une traversée du lac.

b.       le développement du réseau de transports publics à l’échelle de l’agglomération, en particulier le raccordement ferroviaire entre la zone aéroportuaire et la ligne existante en direction de Lausanne.

c.       des lignes tangentielles sur le territoire cantonal.

d.       une offre en stationnement P&R pour améliorer l’accessibilité des pendulaires.

La circulation privée motorisée au centre-ville est réduite à terme de 30%, en fonction de la réalisation de ces infrastructures.

Il n’aura échappé à personne  que ces mesures visent  non seulement à désengorger l’autoroute de contournement mais surtout,  à terme, de structurer de façon rationnelle l’ensemble de la politique de transport au niveau de l’agglomération.

 

Notre approche préalable, signe d’ouverture et de dialogue, auprès des Verts ne servait à rien. Nous avions omis de penser que les plus dogmatiques de cette constellation sont ceux qui dont la voix porte le plus loin, quelle que soient la pertinence et la qualité du fond. Pour ces gens-là, une sorte de sous ensemble UDC version environnement, Genève doit rester le petite cité allobroge congestionnée autour d’un pont, dont les habitants se plaignent à la fois de la présence des romains et de leur réseau de voies commerciales continentales et du trop grand trafic commercial que font affluer les commerçants des tribus helvètes fraichement arrivées!

 

Cette disposition constituait une réelle structuration à l’échelle régionale des mouvements tant commerciaux que de la population ainsi que des visiteurs étrangers. Par une majorité d’une voix, assurée par un duo UDC, la Constituante à rater une nouvelle occasion de faire avance Genève vers une gestion optimale de son réseau de transports et une amélioration nette de la qualité de vie en son centre, sans pour autant passer en régime collectiviste, vieux rêve des poids lourds du parti poireau.

10:35 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Patrick

Meme débalage même réponse, et merci pour les insultes aux passage.
(copie du message poster et publier sur le Blog de P. Kunz)

Mon Cher Pierre,

Comme je l'ai toujours expliqué un investissement representant 5 milliards au moins pour la construction d'un pont n'est pas de rang CONSTITUTIONEL, cette phrase est trés souvent dans votre bouche mais la d'un coup pof plus de problème, pourquoi ?

Peut on se satisfaire que ce type de decision passe par le biais d'une constituante d'une ou deux voix ou doit elle être soumis aux electeurs qui devraient sur des investissements de ce type avoir voix aux chapitres.

J'ai passer 3 ans en commissions a defendre cette position, avec mandat de mon groupe pourquoi devrais je faire volte face sans qu'aucuns elements convainquants ne nécessite ce changement.

Certains d'entre vous on jugé bon de m'insulter pour une prise de position que je crois juste, pourquoi ? car je ne suis pas un soldat aux ordres, si j'avais suivit en declenchant une telle dépense, auriez vous été satisfait d'une victoire d'une voix, quelle voix peut engager l'état pour ce montant?

Les membres de vos groupes n'etaient du reste pas présent pour un certains nombres, notre groupe etait divisé 4 voix pour, 3 voix contre merci de respecter la liberté de conscience de chacun.

Je soutiendrai une traversé du lac en votation populaire mais dans aucun autre cas, c'est mon choix je l'assume.

Organisons un débat je serai ravi de defendre ma position.

Je suis pour une traversé du lac mais pas en coulisse, pas dans une constitution, pas entre petit copains devant le peuple et nulle part ailleurs.

Je suis décu vous n'avez rien de democrates si vous ne savez pas convaincre la population vous n'aboutirez pas sinon oui, ce qui est hilarant c'est que nous avons la même volonté nous ne sommes opposé que sur la mise en oeuvre,

désolé pour vous mais je ne trahirai pas le serment que j'ai prononcé en début d'exercice.

A bon entendeur.

Thomas Bläsi

Écrit par : Thomas Bläsi | 09/03/2012

Rester en rade vaut mieux que couler car il y a toujours un espoir de pouvoir faire repartir la machine. Je te ferais remarquer que, dans la rade, est toujours parqué l'ancien bateau de la CGN, "GENÈVE", sacré présage sur l'avenir de cette République.
L'application de ton livre "Une Constitution pour Genève dans un monde ouvert, ou l’utopie de la raison" restera lettre morte encore un certain temps !
Cordialement.

Écrit par : Herbert Ehrsam | 09/03/2012

Bonjour,

Merci d'avoir publié, un droit de réponse.

Thomas Bläsi.

Écrit par : Thomas Bläsi | 10/03/2012

Les commentaires sont fermés.