27/11/2012

Voyant la Suisse sans pilote l'administration américaine pilonne sa place financiere

Tres preoccupes par l'echeance du 31 decembre, appelee ici le fiscal cliff, les politiciens americains sont a nouveaux agites par les pires demons de l'Amerique profonde. Comme ils l'ont ete sour McCathy, les officiels se sont lances dans une chasse aux sorcieres (vieille coutume dans le Massschussetts depuis le XVIIe à Salem).

Pour cela ils ont besoin d'un bouc emissaire complaisant. La Suisse, actuellement sans gouvernement digne de ce nom, leur offre une cible aussi facile que le Tirpitz tapi d'un fjord.


L'annonce de nouvelles enquêtes "generales" ayant de l'echo de cecote-ci de l'atlantique en sont la demonstration.

L'attitude de la Suisse officielle d'aujourd'hui rappelle le triste comportement de la même Suisse officielle precisement à l'epoque du Tirpitz!

Cette complaisance face aux puissants avec lesquels ont a trop fricote a quelque chose de particulierement indecent.

Voila ce pseudo gouvernement qui, apres avoir honteusement laisse les predateurs du pays, les rapaces de la place financiere zurichoise, livrer les noms d'employes à l'ennemi les voila qui donnent suite a du phishing du meme ennemicontre des etablissements au-dessus de tout soupcon! Une fois de plus le parallele avec la periode du Tirpitz, lorsque certains officiels n'avaient pas peur d'afficher leur passion pour la boule de Berlin, est frappant.

Cette passivite coupable nous laisse croire que la Suisse officielle contemporaine est aussi naïve ou passive que lorsque ses officiels de l'epoque ne remarquaient rien d'anormal lors des visites de camps.

Cette Suisse officielle, decidement uniquement concue pour la navigation par beau temps ferait bien de se reveiller car nous sommes bel et bien en guerre. Les temps ont change et nos adversaires n'ont plus besoin de nous envahir territorialement, ils leur suffit de detruire notre economie par des attaques dont l'efficacite est accrue grace a la passivite de ce que certains osent encore appeler un gouvernement mais qui, en realite, n'est pas meme capable d'administrer le pays.

Le drame est d'une part que la Suisse n'a pas ete envahie territorialement et que, d'autre part  il n'y aucun élu, local ou national, qui soit de la trempe de DE GAULLE, et capable de lancer un appel a la resistance.

Le resultat est qu'a ce rythme la Suisse sera bientot tres heureuse de rentrer, penaude, dans l'union europeenne, paravent chimerique d'un honneur a jamais perdu.

Si la Suisse veut sortir de ce piege infernal, ses citoyens doivent de reveiller et mettre un terme a ce regime des cotteries de partis politiques qui s'arrangent entre eux et placent a la tete du pays celles et ceux les mieux a meme de defendre leur interets, quitte au detriment de ceux, pourtant superieurs, de l'Etat. 

Notre salut, en fin de compte, ne peut venir que de notre determination a nous defendre et surtout a mettre le cap de nos interets ailleurs que sur cette vieille europe decrepissante et rongee par les egos demesures de certains de ses dirigeants, en particulier nos voisins directs.

Mais une question me vient a l'esprit, et si tout cela n'etait en fait que le plan cache du conseil federal pour contraindre le peuple a adherer a l'union europeenne contre son gre mais sous la menace de la disette qui ne va pas tarder a pointer son nez.

 

00:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.