29/12/2012

LA SUISSE ET LE TEMPS PRESENT

Outre le fait d'être le plus ancien magazine TV de langue française, le dernier "TEMPS PRESENT" nous a présenté ce qui ce fait de mieux en terme journalistique et descriptif de l'action d'un homme de bien, le Prof. René Prêtre dans un reportage à la fois poignant et haletant.

C'est cette Suisse-là que nous devons défendre et pour cela nous devons, sans concession aucune, condamner l'autre, celle de la banhofstrasse et sa cohorte de carnassiers de la finance.


Au cours de cet exemplaire portrait, merci aux journalistes et à l'équipe de la RTS qui ont suivi notre illustre compatriote, nous avons pu approcher et, je l'espère, nous identifier à cette image de la Suisse. Nos adversaires la mettent d'autant plus volontiers en retrait que notre gouvernement (qui ne sont pas nos élus mais ceux d'une caste politique aussi malfaisante qu'irresponsable) est totalement incapable de promouvoir et donc de mettre en exergue.

A plusieurs occasions l'humilité de René Prêtre donnait l'impression que tout est simple alors même qu'on voyait bien que tout cela est extraodinairement complexe. Le plus poignant était ses entretiens avec des parents, visiblement très inquiets qu'il parvenait à rassurer par des mots abordables et bienveillants. Les opérations auprès de ces enfants démunis, condamnés à une mort certaine sans son intervention, m'ont beaucoup touché. Tous ces enfants ont pu être sauvés par un homme droit et fidèle à son serment. J'ai été d'autant plus touché que mon fils a eu une petite fille qu'il n'a malheureusement pas été possible de sauver malgré d'autres prof. Prêtre tout aussi dévoués que lui aux Etats-Unis. Ainsi va la vie.

Voilà qui me conduit à en vouloir énormément à tous ces voyous internationaux de la finance zurichoise qui se parent abusivement d'une identité suisse qu'ils ne méritent pas  qui, par leur avidité et leur manque total d'éthique, portent une atteinte très dommageable aux vraies valeurs, notamment humanitaires de la vraie Suisse.

En cela aussi les membres du gouvernement fédéral méritent leur lot de critique car leur façon de gouverner porte à croire, nos alliés comme nos adversaires, que la Suisse n'est composée que de financiers faisandés qui, alternativement, violent les lois des autres ou les nôtres en toute impunité. L'absence totale de sanctions ad personam les positionnent hors du droit ordinaire ce qui n'est tout simplement plus tolérable.

Merci Monsieur Prêtre pour cette formidable leçon d'humilité par la grandeur exceptionnelle de votre générosité. Grâce à vous, un sentiment de fierté d'appartenir à ce pays peut renaître!

12:58 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous détonnez réellement du reste du MCG. Dommage que l'on ne vous y fasse pas plus de place, cela rehausserait le niveau de ce parti qui ne pêche pas sur le fond mais gravement sur la forme. Le pire est que le conseiller national Poggia semble atteint par sa cohabitation avec le staufferisme.

Merci pour vos blogs de qualité,
Bonne Année 2013 en espérant que vous vous présentiez au Gd Conseil pour assurer le service après-vente de la nouvelle constitution.

Écrit par : Jacques Monnet | 02/01/2013

Les commentaires sont fermés.