24/01/2013

ESCROQUERIE DES ASSUREURS CHAPEAU BAS à B.BUCHS ET P-Y. MAILLARD

 

Ceux qui ont suivi les derniers développements de cette lamentable affaire de fonds en déshérence provenant du vol des assurés, et particulièrement l'émission Forum d'hier soir, savent qu'il y a deux politiciens qui méritent un très grand coup de chapeau. Messieurs Bertrand Buchs le député genevois et Pierre-Yves Maillard le conseiller d'Etat vaudois.

Non seulement pour la pertinence de leurs propos particulièrement réfléchis mais aussi pour la pondération dont ils ont fait preuve dans leurs approches.


 

En premier lieu, Monsieur Buchs a, sans hausser le ton le moins du monde, clairement exposé sa vision et son remède.

Vu l'état du malade et surtout l'incompétence de ceux qui sont à son chevet depuis bien trop longtemps, le traitement proposé est non seulement tout-à-fait approprié mais aussi et surtout le seul qui évite sa mort clinique par épuisement du temps.

Merci Monsieur, ce fut un réel soulagement de savoir qu'il y a, ici à Genève, des politiciens qui savent s'exprimer sans hurler et des élus qui défendent leurs mandants et non leur mandat.

 

En second lieu, Monsieur Pierre-Yves Maillard. Il y a longtemps que nous savons que cet l'homme politique romand le mieux à sa place et surtout celui qui ne cesse de proposer des solutions simples compréhensibles de tout un chacun. Exception faite, bien entendu, de la clique de voyous qui s'obstine à ne pas restituer de l'argent qui a été escroqué à des assurés contraints et forcés de payer une prime calculée, on ne sait comment par des fonctionnaires dont l'incompétence a désormais un étalon de mesure: 800'000'000.-

Merci Monsieur pour le respect des Institutions dont vous avez fait preuve tout au long de ce dossier comme du débat d’hier. Merci aussi d'avoir mis le doigt sur "l'enfumage" des élus qu'ont orchestré des hauts fonctionnaires qui, en validant des primes surfaites, se sont rendus complices de la plus grosses escroquerie publique de l'histoire suisse.

Nous, les floués, devons montrer notre total soutien à ces élus ainsi qu'à tous leurs collègues qui ont le cran d'aller affronter la berne fédérale en contre attaquant avec leur seul outil à leur disposition, la rétorsion financière.

Ceux qui brandissent la solidarité fédérale, comme une belle hawaïenne son paréo, doivent savoir que c’est celui qui paie la danse qui la commande.

Un dernier mot, après avoir vu les prestations simultanées de Messieurs Berset et Maillard, on comprend tout à coup bien mieux pourquoi les arcanes partisanes et politicardes de la Berne fédérale ont jeté leur dévolu sur le premier.

C’était la meilleure assurance contre tout risque de remboursement !

14:34 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

C'est assez drôle de vous voir aussi laudatif pour un PDC et un PS! Mais il est vrai que lorsqu'on se souvient de vos interventions à la constituante, elles marquaient une sérieuse différence avec ce que produit habituellement votre parti.

Merci en tout cas de savoir reconnaître à vos adversaires des qualité indéniables sur ce coup-là.
On va bien voir ce que font les partis genevois pour soutenir la proposition Buchs en espérant pas une genferei de plus, c-à-d ne pas le suivre.

Écrit par : Christelle Humbrel | 24/01/2013

Bien envoyé!
En réalité tous des gens mériteraient de recevoir un commandement de payer comme nous lorsqu'on ne parvient pas à payer nos primes!

Le plus lamentable dans tout ça c'est de voir que des socialistes n'ont pas soutenu leur propre parti autrement dit leurs propres électeurs. Il faut constater que le Parti Socialiste n'est plus défenseur des petites gens, à l'exception de M. Maillard que vous avez bien fait de féliciter.

Quant à Berset sa pensée est aussi lisse que son crâne!

On espère bien vous voir sur les bancs des députés MCG en automne.

Écrit par : Jules Ecoffey | 24/01/2013

Effectivement, Maillard possède des qualités rares chez les hommes politiques suisses. Son altercation à la radio avec son camarade de parti, l'ancien maire de Bienne, restera dans les mémoires. Maintenant, reste à voir ce que cela donne au bout du bout...

Écrit par : Géo | 24/01/2013

" Maintenant, reste à voir ce que cela donne au bout du bout... "

Au bout avec Maillard c'est d'imposer au domaine de la santé un modèle socialiste le même qui a foiré partout. Quand à des éventuelles ristournes de primes; va-t-on tenir compte entre ceux qui paient leurs primes plein pot et ceux qui touchent des subsides où veut-on arroser tout le monde de la même façon?

C'est surtout là qu'on verra qui sont les profiteurs et les autres.

D.J

Écrit par : D.J | 24/01/2013

Les commentaires sont fermés.