10/03/2013

CESAR, LES ALLOBROGES, ET LES TPG

 

Il faut surtout rendre à César que grâce à sa vision de l’empire il a développé un réseau de voies de communications permettant à Rome de commercer avec l’Europe alors qu’à Genève on paralyse celui entre  les rives gauche et droite !

Dans son blog Mme Forster tente de nous expliquer que « sa » ministre n’y est pour rien dans la cacade des transports publics genevois. Elle rejette la faute sur les autres, notamment l’allié des Verts dans l’Alternative qui dirige la Ville, l’incandescent Pagani !


 

Et d’enchaîner avec la faute du Grand Conseil qui n’aurait pas fait son boulot en ne proposant pas de contre projet à l’initiative de l’AVIVO et elle fini par demander que chacun prenne sa part de responsabilité. Un tel aveuglement est consternant.

Ne pas comprendre que la tarification doit être en corrélation directe avec les prestations, et oser prétendre que ce qui « agace » les usagers ce sont les aménagements de la place Bel-Air pour blanchir la ministre, est aussi peu crédible que le très socialiste Dumas qui se payait des godasses à 11'000 FF alors que le taux horaire du SMIC était à 25,50 FF!  

Il est vrai que les aménagements ne correspondent pas au niveau du prix facturé mais ce qui constitue le gros du mécontentement des usagers, et le justifie pleinement, est le démantèlement de la logique de réseau qui intervient en même temps qu’une hausse inadmissible des tarifs. Contrairement à celui de Paris, d’où viennent ces brillantissimes « ingénieurs », notre réseau impose des lignes à croisements multiples, aux parcours les plus longs possibles. L’exemple type est de pouvoir relier Les Trois Chênes à Bernex et Meyrin par des lignes sans transbordement, ou encore le Palais des Nations et Chêne-Bourg pour relier autant les passagers du train que ceux de la Genève internationale et la rive gauche. Ces réseaux existent, les rails sont là, il suffit de ne pas dérailler ! Il faut surtout vouloir simplifier la vie des genevois et non pas la leur pourrir.

Vouloir augmenter la fréquentation sans améliorer les dessertes ne peut se faire qu’en contraignant les genevois à utiliser, de force, les TPG. Une bien drôle de façon de respecter la constitution et la démocratie pour ces chantres du dialogue.

Reporter sur les autres sa propre errance est un très grave déni en démocratie directe et la sanction viendra toute seule car c’est le peuple qui commande.

On l’a vu lors de cette consultation. Les usagers en ont assez de ces élucubrations fumeuses qui ne peuvent venir que de gens qui vivent dans leur bulle. Il appartient au magistrat responsable du dicastère de faire en sorte que tel ou tel équipement nécessaire à la compagnie de transports publics puissent être installés. Il ne sert à rien de pleurnicher. En politique il faut agir mais cela semble hors de portée de l’intéressée.

Le fait d’avoir du introduire 30 mesures pour améliorer le réseau après son entrée en vigueur en dit beaucoup sur le niveau d’incompétence des personnes qui l’ont pensé. Celle-ci devait être sanctionnée et non pas excusée. Une fois de plus il s’agit de courage politique. A l’impossible nul n’est tenu, pas plus elle que le Souverain de la garder.

Contrairement à ce que prétend Mme Forster, la ministre n’a de loin pas endossé sa responsabilité, elle tente d’y échapper.

J’invite autant Mme Forster que « sa » ministre et surtout son administration à lire très attentivement la nouvelle constitution, quand bien même Mme Kunzler n’en voulait pas, elle entrera en vigueur le 1er juin.

L’article qui mentionne la mobilité mérite une attention soutenue. Un nouveau terme y a fait son apparition, la fluidité. Il va contraindre les ayatollahs de l’immobilité à revoir leur copie de fond en combles. Finies les mesures volontaires d’engorgement du trafic routier. Fini cette politique du tout contre, il va falloir tout faire pour assurer la fluidité garantie par la constitution.

Un changement d’état d’esprit qui implique un changement de magistrat, n’en déplaise à Mme Forster qui a fermé les commentaires de son blog. Autre belle démonstration d’ouverture d’esprit revendiquée par les Verts!

Quant au salon de l’automobile, chère Madame, il met Genève à la Une de tous les médias du monde. Il procure à notre République des revenus substantiels et mérite notre d’attention, contrairement à bien des subventionnements soutenus par votre parti, dont la finalité pour l’intérêt public n’est pas du tout évident, qui justifient toute notre méfiance.

22:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.