18/07/2013

LETTRE OUVERTE à M. de COURSON

Il semble que l'arrestation de M. Condamin Gerbier inquiète une partie de la représentation parlementaire française et en particulier de M. de Crouson qui pense que celle-ci constitue une entrave à la démocratie. Il me semble donc opportun de rappeler à ce député, inquiet de l'état de notre démocratie, que si nous devions avoir des leçons à recevoir, elle ne viendraient certainement pas d'un Etat jacobin en général et de la France en particulier qui nous démontre, plus souvent que nécessaire, qu'elle est plus proche de la médiocratie que de la démocratie.


 

Cher Monsieur,

 

Je tiens en premier lieu à vous remercie de vous soucier de l'état de notre démocratie. Il me semble toutefois que vous avez une vue plus perçante pour voir la paille qui transite notre système que pour entrevoir la poutre que charrie le vôtre.

 

De quoi s'agit-il si ce n'est d'une vulgaire affaire de violation du secret bancaire par un ex-employé d'un établissement établi sur notre territoire et donc soumis à notre législation.

 

Il en serait allé de même avec d'autres si nos autorités avaient été en mesure de mettre la main dessus. Il n'y a là donc rien qui soit en relation, proche ou lointaine avec la démocratie. Un crime crapuleux de col blanc plutôt sale.

 

Ce qui m'étonne voyez-vous cher Monsieur c'est que nous ne vous ayons point entendu lorsque vos propres autorités ont acheté des données volées commettant, ce qui est grave de la part d'un Etat qui se dit démocratique, un recel caractérisé.

 

Ce qui vous échappe certainement, mais c'est en fait normal pour un parlementaire de monarchie élective, c'est que dans notre pays se trouve au sommet du système un peuple qui a, à son service des parlementaires et des administrations et que lorsque leurs propositions ne nous conviennent pas, nous avons tout loisir de leur dire NON.

 

Je sais, c'est difficile à comprendre pour un politicien de carrière dont le pain quotidien est fait d'ukases que l'Etat impose au peuple. Il est vrai que le mode opératoire de votre pays est resté, de ce point de vue, assez médiéval. Il y a le monarque, changé tous les 5 ans et qui, durant son règne fait comme bon lui semble. A fortiori si le bon peuple, abusé par des fariboles, lui donne aussi la majorité parlementaire.

 

Vivant dans un système dans lequel, à chaque étape, le peuple peut s'exprimer en signant, en pétitionnant, en votant et surtout en élisant. Autrement dit, notre démocratie garanti toutes libertés d'expression démocratiques alors que la France peine à en assurer une, celle d'élire. Elle est en effet plus souvent dans le délire médiocratique.

 

Un dernier point cher Monsieur. Nous avons fait, collectivement, pénitence pour la période brune. Je n'ai pas le souvenir que la France soit allée beaucoup plus loin que de raser des personnes. Elle n'a, notamment, jamais restitué ce qui a été volé puis acquis par l'Etat et revendu par la suite.

 

Sur le plan bancaire je ne crois pas une seconde que la France de Pétain ait été plus propre que la Suisse de Guisan. Pourtant je ne crois pas avoir vu que les personnes spoliées aient revu le moindre centime. Il est vrai qu'il est des incendies d'archives tout-à-fait opportun.

 

Voilà cher Monsieur de Courson, ce que j'ai à vous dire, non sans remarquer qu'en plus d'être à court de son vous avez manifestement une panne d'image.

 

Bien à vous,

 

Patrick-Etienne Dimier, Citoyen de Genève

 

 

 

PS: Genève vient de renouveler sa constitution, grâce à une Assemblée démocratiquement élue et un vote populaire. Une débauche de démocratie que les français ne connaissent évidemment pas. Il y a dans cette nouvelle constitution un article 26 ch.3 qui devrait peut-être vous intéresser : "toute personne qui, de bonne foi et pour la sauvegarde de l'intérêt général, révèle à l'organe compétent des comportements illégaux constatés de manière licite bénéficie d'une protection adéquate". Vous voyez que nous n'avons pas attendu la France pour instaurer une protection des lanceurs d'alerte, nous l'avons largement précédée.

 

16:12 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Quel plaisir de vous lire, on se réjouit de vous entendre au grand conseil.
Ca va changer du trash de la députation MCG actuelle.

A de rares exceptions, Poggia et Golay par exemple, le reste c'est assez cata.

Si certains de la ville y arrivent, ça sera intenable mais surtout déplorable pour la politique genevoise.

Courage on vous soutient et on espère votre élection.

Écrit par : Jorge Ribeiro | 18/07/2013

@Dimier, plutôt pas mal et couillu! mais De Courson est plus tordu que ça.

@Jorge Ribeiro, votre position manque de fond : il s'agit de votre communauté portugaise qui s'impose de façon extravertie voire agressive à l'encontre de tous autres droits genevois - travail au noir & sous-locations clandestines inclues, que nous connaissons et subissons sur le marché du travail et de l'immo

Jorge Ribeiro: certes vous représentez votre communauté portugaise à Genève et en Suisse,
mais pas du tout les valeurs suisses ni les intérêts des citoyens genevois que nous défendons.

Écrit par : Pierre à feu | 20/07/2013

Vivement que vous soyez au GC ça va relever le niveau!

Merci de soutenir l'action de Poggia et Stauffer qui ont plus besoin de qualité à côté d'eux que de quantité. Medeiros & Co c'est bon pour le rase mottes pas pour construire une coalition qui impose le MCG au pouvoir.

99 candidats c'est de la blague, pas sérieux.

Écrit par : Géopolis | 20/07/2013

Les commentaires sont fermés.