18/09/2013

RECUPERATION OU DEMISSION

Après les drames deux catégories de responsables émergent. Ceux qui se cachent derrière les excuses institutionnelles et ceux qui entendent garder le contrôle des Institutions.


Le drame d'Adeline n'échappe pas à cette cruelle règle.

Depuis la survenance du drame nous avons assisté à un bal macabre au cours duquel certains ont rangé leurs obligations au second plan, derrière le paravent bien commode de règles de convenance et d'autres, fidèles à leurs engagements ne se sont pas défilés et assument par des décisions fortes.

Dans le peloton qui suit se trouvent ceux qui, régulièrement et sans autre courage que la ritournelle de l'humanisme, se la jouent moraliste.

Il y a enfin ceux qui ont le courage d'affirmer, sans peur aucune, que ça suffit.

Il faut citer parmi ces derniers un défenseur habituel de l'extrême, Jacques Barillon. Avec finesse mais fermeté il a clairement expliquer qu'il ne faut pas confondre les droits légitimes de l'accusé/condamné à un traitement humain et respectueux et celui, tout aussi légitime, de la société de vouloir se protéger de personnes qui sont à ce point malfaisantes que leur réintégration ne peut se faire en effeuillant la marguerite.

De façon simple et mesurée, Me Barillon a tout simplement expliqué qu'en pareille situation, le recours à des procédures "ordinaires" càd de simple routine administrative, n'ont aucune pertinence. C'est à des experts, professionnels et rodés à côtoyer des individus à potentiel criminogène hors du commun que des évaluations doivent être confiées et en suivant une procédure stricte.

Vouloir traduire cette vision dans une loi n'est donc pas une récupération politique mais un simple acte citoyen et responsable conforme au mandat que le peuple donne à ses députés. Ceux qui, sans autre courage que l'inaction, critiquent le dépôt d'une loi, rapidement après les faits, nous montrent qu'ils ne sont pas maîtres de leur mandat et feraient peut-être mieux de le remettre plutôt que de tenter de se le faire renouveler.

Que dire encore des personnages qui, institutionnellement, ont une responsabilité encore plus grande et sont garants de l'ordre public.

Pour ceux-ci, ils n'est tout simplement pas acceptable de se retrancher derrière la bien commode séparation des pouvoirs pour ne pas venir montrer au Peuple que l'Etat est un et qu'il peut compter sur des Institutions déterminées à le protéger du pire.

En d'autres temps et d'autres lieux les mêmes avaient déjà fait remarquer qu'il leur était avantageux que la lumière aille plus vite que le çon. Cela préserve des apparences ma foi bien trompeuses.

Une seule et unique question est pertinente à ce stade. La mort atroce d'Adeline sera-t-elle la dernière démonstration d'un délire administratif qui met plus d'attention au service du condamné qu'à celui des victimes passées ou potentielles d'individus qui ne méritent pas autre chose que d'être définitivement mis à l'écart.

Tout le reste n'est que gesticulation à bon marché et récupération facile de bons sentiments inopérants en pareille situation puisque le devoir premier de l'Etat est de protéger le conseil général d'individus particulièrement pervers et dangereux.

 

23:30 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous avez parfaitement raison.
Comme d'hab depuis qu'il est arrivé au conseil d'Etat le seul qui tienne la route dans la gestion de cette lamentable affaire c'est Maudet.

Jornot est tout simplement égal à lui-même. Arrogant et suffisant, à côté de ses pompes et surtout à côté de son sujet. Je ne comprends pas comment le MCG a pu soutenir un type pareil.

Pour les autres on s'en fiche, dans un mois il n'en restera plus un. Même Longchamp est décevant.

permettez-moi de squatter votre blog pour dire à Souaille qu'il nous fatigue avec son anti MCG primaire.

Ce macarthysme rampant est aussi stupide que marchais l'était et aussi stupide que lui.

Comme il n'a pas le courage d'affronter les commentaires, il les ferme. Ce qui donne une bonne idée de son niveau de démocrate.

Il est au niveau de Barthassat, insipide et insignifiant

Écrit par : andré Mattei | 19/09/2013

A propos de Me Barillon: je n'ai pas lu sa déclaration, mais ce que vous en rapportez me paraît hautement raisonnable.
A propos de Philippe Souaille: primaire ou non, le poids de ses dénonciations répétées risque de se retourner contre le but qu'il poursuit. "Bis repetita (non semper) placent".

Écrit par : Mère-Grand | 19/09/2013

100 % d'accord avec MM. Dimier et Mattei. Sauf que le pronostic de ce dernier sur la grande lessive au Conseil d'Etat me paraît exagérément optimiste, hélas!

Écrit par : Martin Leu | 19/09/2013

Trois questions:
1) pourquoi il y a une telle différence dans le mode d'expression entre Stauffer et Dimier

2) Sur la liste au Gd Conseil, pourquoi Dimier est-il après une sacrée série de nuls pour ne pas dire nullissimes

3) Si le MCG espère réellement accéder au conseil d'Etat, pourquoi n'envoie-t'il pas Dimier à la bagarre? Avec un ticket Poggia/Dimier c'est certain que le MCG prend deux sièges.

Ces questions doivent être idiotes car au fond le MCG malgré ce qu'il dit ne doit pas être différent du PLR ou du PS. On met devant ce qui sait le mieux intriguer pas ce qu'il y a de meilleur pour nous les citoyens.

Écrit par : Martin Biard | 19/09/2013

C'est quand grâce à l'appui du MCG que le tocard en question a passé le mur du çon ou je me trompe.

Ce qui est dégueulasse dans cette affaire c'est que désormais celles et ceux qui sont curables son privés de progression.

Mais les responsables de cette situation ne sont pas ceux qui ferment les prisons mais ceux qui les ont ouvertes trop vites et sans approche critique.

Je partage l'avis de mon pré-opinant, pour quelles mauvaises raisons n'êtes vous pas placé avant des personnes qui ne méritent pas d'aller au grand conseil?

Pourquoi le MCG ne vous présente-t-il pas au conseil d'etat? Sûr que vous avez plus de chance que le ticket actuelle.

Écrit par : manuel Bideau | 20/09/2013

Mais quand donc arrêtera-t-on de nous bassiner avec des yaka et de demander aux experts de prédire l'avenir alors qu'ils en sont, bien entendu, incapables.
Les experts psychiatres sont comme les experts en matière économique. On leur demande de lire l'avenir et on les accuse ensuite de s'être trompés.

A-t-on jamais fait comparaître un astrologue devant des juges pour avoir raconté les plus énormes bêtises ?

Quant à M. Souaille, je considère qu'il vaut mieux fermer les commentaires plutôt que de ne publier que ceux qui plaisent. C'est éthiquement plus défendable.

Écrit par : Michel Sommer | 20/09/2013

Les commentaires sont fermés.