10/12/2013

DISCOURS DE St PIERRE ET REALITES POLITIQUES

 

Au moment où, selon certains, le Président Mandela se trouve devant lui, nos sept conseillers d’Etat vont, plus modestement, prêter serment de servir notre République à St Pierre.

Pour certains, ce lieu ne convient pas puisque religieux. Cette vision est malheureusement réductrice, le lieu étant désacralisé mais surtout celui dans lequel le Peuple de Genève s’est toujours réuni pour célébrer sa souveraineté et sa confiance dans destinée.


 

L’essentiel est donc ailleurs. L’essentiel est que ces sept personnes qui ont notre mandat s’engagent avec conscience et responsabilité. Leur charge n’est désormais plus de défendre le point de vue de leur formation politique mais la République de Genève, canton de la Confédération suisse.

De notre côté, nous citoyens, devons avoir confiance en eux pour le temps que nous nous sommes librement donné d’une législature de 5 ans.

Il leur appartient, comme le dit note constitution, de s’organiser pour respecter l’engagement solennel qu’ils prennent.

Ils savent, nous l’avons montré au cours de la dernière élection, que nous ne renouvelons pas le mandat de celles ou ceux qui perdent de vue que leur action n’est que la délégation de la suprême autorité du Souverain qui les a élus.

Nous devons être certains que ces personnes vont faire ce qui leur incombe pour mériter cette confiance.

Les dernières élections sont l’expression de la volonté des citoyens de Genève d’un changement de pratique et, surtout, de cohérence de l’action gouvernementale.

C’est aussi la raison pour laquelle la nouvelle Constitution précise que le Gouvernement présente au Parlement son programme de législature dans les six mois qui suivent son entrée en fonction.

Le discours de St Pierre n’a donc plus de rôle prophétique. Il ne sert désormais plus qu’à fixer les lignes directrices de l’action gouvernementale et les bases de la cohésion interne de ce Collège.

Cette nouvelle pratique est de nature à éviter les marchés de dupe et épargne à nos conseillers d’Etat de prendre des engagements qu’ils ne pourraient pas tenir avant de connaître l’héritage que leur lèguent les sortants.

Le discours de St Pierre ne doit pas, dès lors, être un miroir aux alouettes mais le témoignage de la volonté de ce Collège de dédier l’entier de son action au bien-être des Genevois et à la préservation de la Souveraineté de Genève, comme le leur commande notre constitution.

14:21 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous avez raison, mais pourquoi votre président d'honneur s'évertue-t-il à faire le clown pour être sur la photo?

Ce n'est pas de cette façon qu'il va accroitre son crédit déjà faible.

Pas plus que votre parti améliore son image avec une députation nettement affaiblie par le nombre, dommage.

Je n'évoque pas non plus la prestation minable de Menoud qui persiste et signe une trajectoire qui semble plus balisée par les hallucinogènes que par la sagesse. Son itinérance politique en atteste. C'est certainement le recrutement le plus douteux du MCG.

Écrit par : geopolis | 11/12/2013

Les commentaires sont fermés.