10/02/2014

EN DEMOCRATIE, COMMENT FONCTIONNE LA PILULE DU LENDEMAIN?

 

Au lendemain d’une votation qui mélangeait des sujets aussi divers que, l’immigration massive, le remboursement de l’avortement par la solidarité et le financement du fond ferroviaire, avec des résultats qui, pour chacun des sujets, connaissaient des fortunes diverses. La question est de savoir si, dans une démocratie aussi évoluée que la nôtre, il existe une pilule du lendemain.

Lire la suite

16:41 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

01/02/2014

Moise ou Darwin

Certains s'agitent comme des mouches sur un beefsteak à propos de l'enseignement de ce qu'ils appellent le créationnisme dans des écoles privées.

Ce qui est curieux c'est, les mêmes, ne s'émeuvent pas de la campagne menée par d'autres, il est vrais plus proches politiquement, de l'enseignement, dans les écoles de la République c'est à dire publiques et payées par l’impôt, de l'enseignement des genres.

Il y a là une forme d’obscurantisme croisé difficile à comprendre.

D'une part nous avons une théorie, celle qui veut que notre espèce et son environnement naturel aient été créé par Dieu en sept jours. D'autre part nous avons non plus une théorie mais une volonté, pour ne pas dire un volontarisme absolu cherchant à nous faire gober que nous devons gommer, dans l'enseignement, les genres pour croire à nos chères têtes blondes que leur sexe ou genre est sans importance voire interchangeable.

Peut m'importe de savoir si la théorie des créationnistes est la bonne hypothèse ou non, ça reste une théorie comme une autre et pour quelle raison la nier. Les darwinistes, eux, s'appuient sur la théorie de l'évolution. Si descendre du dinosaure les rassure, grand bien leur fasse. Jamais il ne faudrait soutenir un mouvement qui va contre cette théorie, elle est, comme celle des créationnistes, nécessaire pour forger le libre arbitre de nos enfants.

De plus, dans le cas qui agite certains esprits elle n'est pas enseignée dans les écoles de la République et donc sans recours à l'argent public. L'entrée dans ces écoles se fait sur une base volontaire et si elles ont du succès, c'est qu'il y a des parents que cette théorie ne dérange pas. Comme ces établissements ont du succès, les adversaires devraient se poser la question de la pertinence de la rigidité de leur position.

Toute autre est la question de l'enseignement, dans les écoles de la République financées par l'impôt, de la théorie selon laquelle notre genre est sans importance. Dans la mesure où il est manifeste que cette théorie va contre la nature même des choses, à quel titre cet enseignement peut-il être cautionné par de l'argent public?

Lorsqu'on aime l'école de la République, libre et laïque c'est que l'on veut un enseignement neutre. Et si l'on suit ce principe, il n'y a pas d'opposition à ce que ces deux théories soient enseignées.

Il y a toutefois une très important préalable, elles ne peuvent l'être qu'avec une annonce claire et constante qu'il ne s'agit  là que de théories qui sont enseignées non pas pour convaincre, mais pour permettre à nos enfants, donc nos successeurs, de fonder leur libre arbitre.

Que chacun des tenant de l'une ou l'autre des deux théories survolées ci-avant fassent cet acte d'humilité et nos écoles formerons des enfants à l'esprit ouvert et curieux.

Aucune Djihad dans ce domaine si sensible, c'est le meilleur moyen de faire renaître ce que l'histoire nous a appris à calmer, les absolutismes en matière religieuse car au fond c'est de cela qu'il s'agit. La paix est à ce prix et je ne laisserai rien ni personne tenter de rallumer ce feux qui, sous nos yeux, détruit des communautés entières.

Les démocrates doivent haïr cette réelle peste.

08:20 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |