24/03/2014

PY n'est pas l'Archimède de la politique

Quelle mouche a bien pu piquer le Sieur PY le lendemain des élections des élections d'Avignon. Serait-ce la ritournelle de nos enfance "sur le pont d'Avignon on y danse, on y danse tous en rond"?

Encore moins compréhensible le soutien du dénommé Gianni Schneider que l'Hebdo qualifie d’exubérant extraverti et impulsif, même si son enracinement au PS lausannois constitue son fond politique. Lorsqu'on n'est pas ressortissant d'un pays et que l'on n'y vit pas, on doit avoir la retenue, pour ne pas dire la pudeur, de ne pas se mêler d'un résultat électoral qui n'appartient qu'au Peuple qui s'est exprimé en pleine souveraineté. 


Que nous dit PY?

Si le FN remporte cette élection, il refusera de monter le Festival d'Avignon! Ni plus ni moins.

Si je comprends bien, ce gentil démocrate respectueux de la volonté du Peuple entend lui imposer sa vision, très personnelle de la démocratie.

Il semble que le Sieur PY tourne effectivement en rond. Non sur le pont d'Avignon mais autour de son nombril.

Si le monsieur avait la moindre idée de ce qu'est la démocratie, il saluerait le choix du Peuple tout en le dénonçant et en tirant sa révérence, comme un Seigneur.

Malheureusement Seigneur il n'est point, son allégeance aux Princes du moment le faisant larbin et non décideur.

En se transformant en agent électoral pour une majorité décrépissante, il s'abaisse au lieu de s'élever.

Mis ce PY là ne redoute-t-il pas plutôt que la part du gâteau qui, jusqu'ici, lui était allouée ne disparaisse?

Il se peut bien que telle soit la réalité et que PY est le chien repu de la fable et non le loup qui, plutôt que de perdre sa liberté et de subir la chaîne, préfère fuir pour rester Maître de son destin au détriment de la pitance facile.

 

22:14 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonne analyse ! Ah la culture ne peut être que de gauche, bien sûr ! c'est un refrain bien connu. Mais ce qui est choquant dans cette intervention c'est qu'elle se fasse en plein processus électoral, sorte de chantage "votez bien sinon je pars", ce qui est parfaitement anti-démocratique.
Ce monsieur prouve par là même sont attachement aux principes démocratiques de son pays. Peut-être que les électeurs sauront l'entendre et lui donner la bonne réponse. Cela ne manquerait pas de piquant puisqu'il serait alors bien embêté et quasiment forcé à partir : le festival lui appartient-il ? n'y aurait-il aucun autre directeur apte à en prendre les commandes ? ( A part cela les interventions sur forum hier soir étaient vraiment pathétiques ! )

Écrit par : uranus2011 | 25/03/2014

Lorsque l'on connaît les positions du FN sur la culture, on ne peut que comprendre l'avis de Monsieur Py.

Peut-on imaginer un festival en chemises noires et scandant la "Marseillaise"? Evidemment non.

Et puis, il y aura suffisamment de villes du sud de la France qui se feront d'accueillir le festival.

Écrit par : Frontal Bard | 25/03/2014

Merci de relever cette bien triste prestation radiophonique d'une personne qui se prétend artiste. Si je dis qu'elle se prétend c'est tout simplement parce qu'il ne peut pas prendre la manifestation en otage. Ce que vous dites d'ailleurs.

Qu'un directeur de manifestation ne soit pas d'accord avec celui qui le finance c'est usuel. Qu'un responsable artistique use de la menace face à une décision du peuple c'est aussi grave que la position de ceux qu'il prétend combattre.

Ce brave monsieur Schneider ne vaut guère mieux, voir pire car lui vient d'un pays dans lequel l'expression du peuple est fréquente, y compris dans le registre culturel. Tout simplement parce que c'est d'argent public et que c'est aux citoyens qu'il appartient de dire OUI ou NON puisque c'est son argent!

En poussant ce raisonnement, c'est même la position de PY qui n'est pas normale.

Une remarque pourquoi n'apparaissez-vous pas plus souvent sur les blog? Vos analyses sont toujours pertinentes même si parfois elles sont provocantes!

Écrit par : geopolis | 25/03/2014

Lire ou rire à Toulon, Marignane (Bouches-du-Rhône) et Orange (Vaucluse), Vitrolles (Bouches-du-Rhône, quels ouvrages ont été interdits dans les bibliothèques municipales quelles associations culturelles, troupes de théâtre amateurs sont vue biffer les subventions.
Comme dirait Décaillet le pays, la ville, la vie," réelle" selon le FN"

Écrit par : briand | 25/03/2014

@Briand: Ce que vous dites n'est peut-être pas faux mais la question que pose l'auteur du blog est différente. Un directeur de festival, subventionné par une municipalité a-t-il une totale liberté de parole puisqu'il dépend nécessairement de ceux qui sont en place et dont, en plus il partage la sensibilité politique.

Si sa marge de critique est pleine, il ne eut en revanche pas dire aux électeurs si vous votez comme ci ou comme ça je reste ou je ne reste pas. Si il veut entrer dans ce débat-là, alors il s'implique dans le débat politique et sort du registre artistique.

J'ai lu un intéressant point de vue à propos du positionnement du FN. N'est-il pas, en réalité plutôt à l'extrême gauche? A y regarder de plus près, cette idée n'est pas sotte du tout. En juxtaposant le discours de Mélanchon et celui de Mme Le Pen, on comprend qu'il y a plus de convergence entre ces deux formations qu'entre le FN et l'UMP d'une part et le PS et les mélanchonistes d'autre part.

Comme quoi cher Briand, en politique il ne suffit pas de se fier à l'étiquette pour viser juste, ce qui est derrière mérite tout autant d'attention.

Écrit par : Gerard Blanc | 25/03/2014

Le Festival d'Avignon dépend, pour son financement, à 55% du gouvernement français et de l'Union européenne. Le reste se répartissant en trois parts, dont une plus grosse, l'auto-financement et deux plus petite, la commune d'Avignon et la communauté de communes du Grand Avignon.
Donc la ville n'est pas propriétaire du festival, mais tout au plus un partenaire minoritaire. Par ailleurs à 27 voix près, le PS et le FN font jeu égal à un peu plus de 26%, mais le PS a une grosse réserve de voix, le Front de Gauche ayant fait plus de 14%. l'UMP étant autour de 20%.
Enfin le Festival rapporte en un mois plus de 23 millions de recettes directes pour le tourisme de la ville (nuitées etc) qui en font un partenaire économique primordial.
Je ne vois pas ce qu'il y a d'anti-démocratique à dire: si vous votez pour moi, je m'en vais et en plus j'essaie d'emmener la manifestation avec moi ? C'est juste prévenir les gens de ce qui risque de se passer et que leur vote a des conséquences. Parce qu'après, ils risqueraient de faire les étonnés...
Il est évident que le Festival avec le FN aux manettes continuerait d'exister mais ne serait plus le même. Le genre de théâtre auquel le FN serait d'accord de contribuer n'aurait évidemment pas le même impact public, parce que si la culture façon populiste de droite extrême peut sembler plus "normale" aux yeux du grand public, elle ne sera en aucun cas capable de faire venir plus de 200 000 afficionados accourus de toute l'Europe et même d'Asie ou d'Amérique!
Donc une victoire (bien improbable) serait à tout coup une baisse de recettes pour une ville et ses commerçants qui vivent largement du tourisme. Mieux vaut prévenir que guérir, non ?

Écrit par : Théâtreux | 25/03/2014

Cher Monsieur "Théâtreux",

A vous lire il est normal qu'une personne qui a la responsabilité de programmer et diriger un festival né bien avant lui puisse le prendre en otage politique.

Permettez-moi de rester perplexe.
Là où nous différons certainement c'est que pour moi le combat politique ne peut pas être l'otage de personnes qui vivent de subventions provenant de la manne politique. Dire cela n'est dévaloriser le festival ou même Monsieur PY, c'est seulement affirmer qu'en pareille situation les deux ne font pas bon ménage. Monsieur PY n'est pas le propriétaire du festival, il n'en n'est que le serviteur. De qualité peut-être, mais certainement pas le maître.

Ensuite il y a le sérieux préjugé dont vous faites preuve. Qui vous dit que l'éventuel vainqueur de cette joute électorale ne serait pas excellent voir meilleur que l'équipe en place? Qui vous dit qu'il ne serait pas aussi cultivé que ceux qui dirigent cette ville et qu'il trouverait un terrain d'expression qui convienne aux deux parties?

Le nier est une réelle fermeture de l'esprit qui ne vaut pas mieux que celle dont vous supposez qu'elle peut affecter cet élu. Je dirai qu'elle est même pire puisqu'elle vient d'une personne cultivée et très éduquée, votre commentaire le démontre. A ce titre vous ne pouvez tout simplement pas pêcher par le travers que vous reprochez à cet adversaire qui n'est pour l'instant que chimérique. Or il faut toujours se méfier des chimères, elles sont vouent annonciatrices de désordre intérieur.

Écrit par : Patrick Dimier | 25/03/2014

L'escroquerie commence déjà avec ce qu'on appelle "culture"...Les vagissements des théâtreux en font-ils partie ? Espérons que les citoyens d'Avignon donne une bonne raison à Py de partir et d'aller faire ses ablutions ailleurs...

Écrit par : Géo | 25/03/2014

Merci "Géo" de confirmer aussi rapidement mon commentaire ci-dessus et d'infirmer du même coup celui de M. Dimier. Le FN n'aime pas le genre de spectacles que l'on découvre en Avignon et en plus ne s'en cache pas le moins du monde. Accessoirement, comme à Annecy, il se nourrit de la manif pour tous anti-gays. Py et les troupes de théâtre que l'on peut voir en Avignon, c'est juste l'antéchrist pour ces gens.
Alors comme je l'ai dit, ils arriveraient bien à faire un festival FN-compatible, qui rencontrera au mieux un public local et familial. Mais rester la mecque du théâtre européen et même mondial, je n'y crois pas un seul instant.
Loin des chimères, les votes ont des conséquences. Nos compatriotes ont commencé à le comprendre à partir du 10 février et ce n'est que le début. Pourtant on le leur avait bien expliqué avant.

Écrit par : Théâtreux | 25/03/2014

Les commentaires sont fermés.