05/08/2014

LE MONDE A UNE CROISEE DES CHEMINS

Les événements qui se succèdent nous montrent que la communauté des êtres humains, parfois bien inhumains, prend un malin plaisir à plonger notre monde dans un obscurantisme moyenâgeux très inquiétant.

Je me souviens de ce meeting incroyable tenu devant le Lincoln Memorial à Washington DC par le Révérend Martin Luther King au cours duquel il prononça un fameux discours contenant cette phrase mythique "Last night I had a dream".

Pour mieux illustrer mon propos, je vais vous conter une parabole dont l'amorce est précisément cette phrase.


 

Dans mon rêve à moi, j’étais assis sur un banc, dans un parc de Berlin, à côté d’un homme âgé et marqué par la vie. Dans ce rêve nous parlions de l’importance de la rectitude du comportement pour l'homme d'honneur

Vu son âge je lui demandais : Combien d’Allemands étaient des nazis ? Et il me répondit, fort peu étaient de vrais nazis. En revanche nombreux étaient ceux qui soutenaient ce régime parce qu’il permettait à l’Allemagne de retrouver sa fierté perdue en 1918.

Comme bien des Allemands, je pensais que les nazis n’étaient qu’une bande d’agités sans avenir.

Comme une majorité d’Allemands, j’étais trop occupé par mes affaires. C’est ainsi que, avec la majorité des Allemands j’ai laissé faire.

Lorsque nous avons réalisé  ce qui se passait, il était trop tard. Nous avions perdu le contrôle de notre démocratie et le début de la fin était devenu inévitable.

Ma famille a tout perdu et j’ai finis dans un camp de concentration où j’ai rencontré bon nombres de citoyens honnêtes qui, comme moi, avaient fermé les yeux, estimant ne pas être concernées par la montée du nazisme.

C’est de cette façon que la majorité des Allemands, qui ne voulaient que la paix ont, par passivité généré guerre et désolation.

Le fait que la majorité silencieuse des Allemands voulait la Paix s’est révélé totalement irrelevant par rapport aux dizaines de millions de morts dans le monde entier, parmi lesquels de nombreux citoyens honnêtes et loyaux.

 

Il continua en me rappelant qu’à la fin de la guerre, les mêmes dirigeants qui venaient pourtant de vivre l’enfer, sont restés silencieux à l’avènement du stalinisme.

Ils ont, eux aussi, pensé que la majorité des Russes n’aspiraient qu’à la Paix. Le fait que la majorité des Russes voulaient la paix était à nouveau totalement irrelevant face aux 20 millions de morts, engendrés par la barbarie stalinienne, parmi lesquels une foule de bons et loyaux citoyens.

Comme si cela ne suffisait pas, il me rappela, avec la même terreur dans le regard, que l’épopée la plus sanguinaire eut lieu dans le peuple le plus pacifique du monde, les chinois, qui ont porté à leur tête un fou qui fit plus de 70 millions de morts.

Une fois encore, le fait que la majorité des Chinois n’aspiraient qu’à la paix s'est révélé totalement inopérant face à cette sauvagerie.

 A la fin de ces énumérations, j’ai vu ce vieil se mettre à pleurer, de grosses larmes roulant sur ses joues.

Imaginant qu’il s’apitoyait sur son sort, je lui dis : tout ceci est derrière, le monde est différent maintenant !

Il tourna vers moi son regard embué et me dit, la voix basse et cassée, ce n’est pas sur le passé que je m’apitoie mais sur le présent !

La majorité des experts nous dit que l’Islam est une religion de Paix et que la majorité des musulmans veut vivre en Paix.

N’est-ce pas la réalité lui demandais-je ?

Peu importe que cela soit vrai, c’est irrelevant.

Cette affirmation ne sert qu’à nous endormir et à diminuer l’impact sur nos consciences de cette menace. Elle sert à nous faire oublier que la majorité des intégristes islamistes commandent l’Islam à travers le monde en ce moment.

Ce sont ces fanatiques qui orchestrent les marches, comme les nazis dans l’Allemagne des années 30, ce sont ces islamistes qui orchestrent des vagues meurtrières d’attentats à travers le monde au nom de Dieu. Se sont ces mêmes islamistes qui décapitent les chrétiens ou déciment les tribus animistes d’Afrique au nom de l’Islam. Enfin, ce sont ces islamistes qui lapident les femmes adultères et les homosexuels au nom de la morale islamique.

Aujourd’hui comme hier, la majorité d’entre nous, apeurée, estime à tort, être étrangère à ces exactions.

 Ajoutez-y les exactions de ceux qui pensent avoir le droit pour eux et vous constaterez que la violence ne génère que de la violence dont le résultat ne peut être qu'un conflit majeur.

Ajoutez-y encore qu'il y a depuis quelques temps des pays qui ont eux-mêmes soufferts de la haine nazie ou de la barbarie stalinienne et savent pertinemment ce qu'il advient lorsque plus personne ne raisonne.

N’y a-t-il donc aucun espoir lui demandais-je ?

Bien entendu que OUI, mais alors il faut que :

Aucun citoyen ne pense que la violence de l’autre ne le concerne pas

Aucun citoyen ne doit rester muet face à la sauvagerie des fanatiques d'où qu'ils soient

Aucun citoyen ne doit penser que quelqu’un d’autre se lèvera à sa place pour les arrêter

Aucun citoyen ne doit penser qu’il suffit d’être tolérant pour que ça cesse

Nous devons tous nous souvenir  de ces amoureux de la paix d’Allemagne, de Russie, de Chine, d’Afghanistan ou d’Irak, qui n’ont pas cru que l’issue obligatoire de l’intolérance et de tout régime qui ne fonctionne pas selon l’éthique est une catastrophe pour l’humanité toute entière. La cruauté des faits est là pour nous rappeler que même des régimes qui se présentent sous de beaux atours peuvent devenir des Etats meurtriers.

 

A la fin de mon rêve, ce vieil homme, rayonnant de Lumière me dit encore :

 Par-dessus tout rappelle à nos concitoyens. d’aujourd’hui que nombreux sont ceux qui ont perdu leur vie en oubliant l’idéal démocratique. Pour le vrai démocrate, l’essentiel n’est pas d’être reconnu pour ce qu’il possède, mais pour ce qu’il est en tant qu'Homme, respectueux des autres et de son environnement.

Dis bien à nos concitoyens d’aujourd’hui que l’un des rôles importants de chacun est, précisément, de veiller à ce que la société dans laquelle il évolue ne se fourvoie pas et que pour cela ils doivent se comporter eux-mêmes selon l’éthique, surtout lorsqu’ils prennent une part active à la vie de leur Cité.

A la fin de ce rêve, je me suis aperçu que je pleurais moi-même, me demandant si je n’étais pas parmi ceux qui pensent ne pas être concernés !
En conclusion l’éthique nous met face à un choix. 
Tout n’est pas permis pour accéder à un pouvoir.
Elle nous interdit surtout de se livrer à toutes les dérives pour s’y maintenir.
L’éthique nous impose enfin de ne pas être tolérant car la tolérance est la porte ouverte au laxisme.
La tolérance telle que nous la pratiquons ne fonctionne que parce qu’elle repose sur le respect.
La tolérance ne dois jamais être un moyen de croire que l’on n’est pas concerné !. La tolérance est un moyen d’imposer les respect.
La tolérance n’est pas et ne sera jamais la réponse à l’intolérance. La réponse adéquate à l’intolérance est le respect.
Le respect est l’acte fondateur de l’éthique. Se sont ces deux éléments qui rendent la tolérance praticable car elle est destinée à permettre un dialogue fructueux et enrichissant.
C’est pourquoi la tolérance est cet ingrédient qui permet des échanges sereins.

Lorsque je me réveillais, le vieil homme s'est évanoui avec un large sourire, celui du sage

19:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.