01/07/2015

LUC BARTHASSAT ET LE PELERINAGE MCG AVANT CELUI DE LOURDES

Merci à Luc Barthassat de mettre en avant l'une des idées du MCG que son parti a si volontiers ralliée tant lors de sa première présentation que lors de travaux parlementaires récents par moi-même.
 
Comme quoi même si en public le PDC se montre peu amène à notre endroit, il reprend volontiers à son compte certaines de nos idées, sans pour autant qu'il en revendiquer la paternité!
 
Il est évident que si l'on entend faire baisser la pression sur le trafic en hyper-centre, c'est en bordure d’agglomération qu'il convient de le contenir.
 
Je tiens toutefois à préciser que cette seule mesure, à fortiori à 1.-/j. ne servira à rien.
 
Elle doit être accompagnée d'autres telle que l'installation d'une ligne de bus expresse reliant, par exemple la plateforme de Vallard à la gare des Eaux-Vives, sans arrêt avec la mise en place de couloirs de bus sur toute la route de Malagnou. Cette mesure a été brillamment défendue par Eric Stauffer.
 
A cela il convient en outre d'ajouter plusieurs fermetures de passages secondaires entre 21 et 0900. D'une part pour assurer à nos concitoyens de la campagne une tranquillité nocturne qui est lourdement pénalisée actuellement sans parler de l'enfer que ces villageois subissent dès 0600 où telles des chenilles processionnaires ces cohortes de véhicules à occupant unique déboulent sur notre réseau secondaire avant de venir bloquer la circulation de l'hyper-centre.
 
C'est donc à la conjonction de ces phénomènes qu'il faut s'attaquer.
 
Le péage à 1.-/j. est une farce puisque son encaissement couterait plus que son apport. C'est donc à 5.-/j que la taxe doit s'établir car elle a surtout pour but d'être incitative au transfert modal si cher à certains. A juste titre il faut le dire ici.
 
Ce n'est pas en louvoyant que nous parviendrons à des solutions mais en s'attaquant à ces nuisances. Si l'Exécutif est désormais prêt à s'engager aux côtés du législatif pour prendre l'ensemble de cette problématique c'est une bonne nouvelle. Encore faut-il qu'il ait les moyens à disposition et que sur cette thématique un large consensus parlementaire s'installe.
 
Il faut aussi permettre la rénovation de notre infrastructure de signalisation lumineuse qui, à bien des endroits fait fâcheusement ressentir son vieillissement et sa rigidité en matière de gestion des flux de trafics. La pénétrante de la Servette et ses files interminables en sont l'exemple le plus flagrant.
 
Certes pour certains l'arrivée de Luc Barthassat à l'exécutif relèvait du miracle politique et à ce titre il nous doit toujours sa marche jusqu'à Lourdes.
 
Mais si nous voulons qu'il puisse accomplir des miracles en marge de son élection voulue par le Souverain, son seul courage ne suffira pas. Il faut aussi lui donner les moyens techniques de les réaliser.

11:43 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis plus enclin à croire qu'en mauvais perdant, il veut remettre au goût du jour les P+R, en France voisine.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 01/07/2015

Un péage, quel et combien qu'il soit, ne fera que créer plus de bouchons. Si vous voulez réduire le trafic d'agglomération, et par là le trafic frontalier, il faut développer les transports publics. C'est la seule voie, et qui passe par la construction de parkings en périphérie, qu'ils soient sur territoire suisse ou français.
M. Barhtassat ferait mieux de se concentrer sur les transports publics genevois plutôt que d'aller négocier un hypothétique tunnel sous le lac que la confédération ne financera pas avant des lustres. Quel gâchis !

Nous sommes dans la 2ème année de la nouvelle législature qui donne l'impression d'une véritable cacophonie.

Écrit par : Jacphil | 01/07/2015

c'est très bien les bouchons.

ça correspond tout à fait à la mentalité des gnevoués

Constipés. Coincés du fion.

Sauf le sénateur, bien entendu.

Ave, Patrickus-Etiennus.

Reddens sestertium te salutant.

Écrit par : sillia | 01/07/2015

Je suis heureux de voir tant de partis politiques sur la même longueur d'onde. J'ajouterai que si Zermatt peut interdire les voitures sur son territoire Genève peut certainement aussi limiter les voitures sur son territoire.

Écrit par : Patrick Wehrli | 02/07/2015

M. Dimier, l'ironie est facile, la solution de M. Barthassat elle pas vraiment, elle ne pourra être appliquée. Mais plutôt que de vous défouler sur la proposition de cet homme, vous devriez reconnaître la justesse de son intervention, qui met le doigt sur un problème ignoré de tous (les élus), le trafic en ville et dans les villages genevois est vraiment impossible, dangereux et ne peut qu'augmenter et se détériorer. Il faut donc des solutions et rapidement.

Écrit par : Chris Masset | 04/07/2015

"M. Dimier, l'ironie est facile, la solution de M. Barthassat elle pas vraiment, elle ne pourra être appliquée. Mais plutôt que de vous défouler sur la proposition de cet homme, vous devriez reconnaître la justesse de son intervention, qui met le doigt sur un problème ignoré de tous (les élus), le trafic en ville et dans les villages genevois est vraiment impossible, dangereux et ne peut qu'augmenter et se détériorer. Il faut donc des solutions et rapidement."

Cher Monsieur,
L'ironie, bien placée est la marque du respect amusé, sachez-le. La solution que vous appelez "Barthassat" est un emprunt aux idées MCG puisque nous sommes les seuls à ce jour à avoir présenté cette solution au niveau législatif direct et non pas M. Barthassat. Je vous sais gré de reconnaître la justesse du point de vue cela nous conforte dans la justesse de la démarche.
Si le but est, effectivement, de tenir le trafic pendulaire, celui de toutes les nuisances, hors les murs de la Cité, il n'y a pas mille solution, à fortiori lorsqu'on sait que nous "amis" penduliers n'aiment guère sortir le niaf.
Le péage aux frontières cantonales est une mesure et elle doit impérativement être accompagnée d'autres dont notamment l'extension performante du réseau TPG en France voisine ou à la frontière valdo-genevoise. Cela passe notamment par la mise en place de voies de bus express qui rallieront les places de stationnement françaises ou vaudoises ce qui impliquera la réduction à une voie sur les grandes pénétrantes. Il faut ensuite supprimer la délivrance de macarons de stationnement aux immatriculations non GE pour limiter l'introduction de véhicules pendulaires dans le réseau routier du centre ville. Enfin, il faut confier aux polices municipales la charge de fermeture des frontières secondaires de 0530 à 0930 et de 1600 à 20000. de sorte que nous concitoyens de la campagne ne soient plus envahis par ces cohortes de véhicules sur nos routes de campagne ou dans les villages qui aspirent à la quiétude.
Vous voyez donc que l'emprunt de M. Barthassat n'est pas complet et donc nécessairement insuffisant. Mais bien entendu nous l'encourageons à persister dans son rapprochement de nos idées car plus nous serons à la défendre mieux elles passeront et mieux nous pourrons confronter les autres partis à leurs inconhérences.

Écrit par : Patrick Dimier | 04/07/2015

Luc B., fait une proposition par l'absurde.

Cet extrait de commentaire illustre un certain de point de vue, assez largement répandu.

"Mais plutôt que de vous défouler sur la proposition de cet homme, vous devriez reconnaître la justesse de son intervention, qui met le doigt sur un problème ignoré de tous (les élus), le trafic en ville et dans les villages genevois est vraiment impossible, dangereux et ne peut qu'augmenter et se détériorer."

Et si pour prendre tous les élus au mot, les citoyens proposait une solution encore plus radicale, tout aussi absurde ...

Demander à Berne, que Genève soit libérée de ses obligations et de la renommée de ville internationale et qu'elle renonce à accueillir toutes les organisations internationales et les O.N.G., qui vont avec ?

Les écologistes applaudirait-ils des deux mains ?
Pour éradiquer la pollution, quoi de mieux que de vider Genève de ses emplois, de toute activité commerciale, non pas que dans le fameux hyper-centre.

N'avons nous tous pas droit à respirer un air plus propre ?

Avant de vous prononcer sur ma "proposition", je vous demande poliment de lire cet article ...

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/initiative-veut-rendre-pietons-vieuxcarouge/story/21358644

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/07/2015

Victor-Liviu DUMITRESCU, vous ironisez encore bien plus gauchement que Monsieur Dimier, et votre rédigé par l'absurde est absurde. Je rejoins plutôt les idées de Monsieur Dimier que les vôtres, fantaisistes et décousue. Vous semblez ignorer les 80'000 véhicules qui arrivent quotidiennement de France voisine, plus tous ceux non identifiables immatriculés GE que les entreprises fournissent à nos voisins dans le cadre de leur emploi. Chaque matin et soir, c'est un cortège discontinu de véhicules immatriculés 01 ou 74, occupés par une seule personne que je croise sur le parcours de mon travail. Je vous mets au défi de croiser dans la journée autant de véhicules des organisations internationales et des O.N.G. Quant au lien au bas de votre post, il est hors de propos.

Écrit par : Chris Masset | 05/07/2015

"Victor-Liviu DUMITRESCU, vous ironisez encore bien plus gauchement que Monsieur Dimier, et votre rédigé par l'absurde est absurde. Je rejoins plutôt les idées de Monsieur Dimier que les vôtres, fantaisistes et décousue. Vous semblez ignorer les 80'000 véhicules qui arrivent quotidiennement de France voisine, plus tous ceux non identifiables immatriculés GE que les entreprises fournissent à nos voisins dans le cadre de leur emploi. Chaque matin et soir, c'est un cortège discontinu de véhicules immatriculés 01 ou 74, occupés par une seule personne que je croise sur le parcours de mon travail. Je vous mets au défi de croiser dans la journée autant de véhicules des organisations internationales et des O.N.G. Quant au lien au bas de votre post, il est hors de propos."
Chris Masset

Cher Monsieur Masset,
soit vous ne voulez pas comprendre soit vous n'en êtes pas capable. Ne vous connaissant pas, vous êtes au bénéfice du doute et j'opte pour la première solution.
Je suis et le MCG avec moi, l'initiateur du concept d'un péage à la frontière et non pas M. Barthassat. Je ne peux, dès lors, qu'être d'accord avec lui!
Tout le discours de la pollution des routes de campagnes et des nuisances associées pour nos concitoyens qui habitent ces villages est fondateur de la réflexion du MCG. Nous ne faisons pas de l'ironie sur le fond, comme vous le prétendez, l'ironie porte sur l’accaparement d'idées MCG par un PDC alors même que ce parti nous raille si volontiers. Ni plus ni moins.

Lä où M. Barthassat fait une petite erreur de lecture, c'est sur l'aspect dissuasif du dispositif.
Pour que cela fonctionne il faut que le prix du péage soit d'aumoins CHF 5.- et non pas de CHF 1.- Ensuite il faut, comme l'a exposé le député Stauffer, que des lignes "express" relient des parkings de décharge posés en frontière et le centre ville. Le concept est, à nouveau, global. Soit les inconditionnels paient une taxe qui a du sens, soit les usagers qui réfléchissent à l'environnement à l'échelle transfrontalière trouvent en lisière du périmètre des moyens de transfert modal. Si les Verts et le centre-gauche préfèrent tenir le discours de l'envahissement pour mieux atteindre les libertés de résidents genevois pourtant garanties par la constitution de 2012, libre à eux. Ce n'est pas notre vision de cette question.
Comme déjà dit, nous voulons la suppression de tous les macarons des zones urbaines pour les immatriculations non GE car ils constituent une attractivité indésirable si l'on veut faire baisser la pression du trafic pendulaire au centre ville.
Devrait aussi s'y ajouter l'interdiction de prendre un macaron "habitant" pour les personnes qui ont une place en sous-sol puisqu'ils louent cette place et stationnent en surface grâce au macaron annuel. Une fois encore, le but de tout cet arsenal est de faire baisser la pression du trafic pendulaires en centre ville et non pas de tenir un discours d'une autre nature qui n'a pas sa place ici.
J'espère que cette fois-ci vous aurez compris de quoi il retourne et avec cet espoir, même mince, je vous souhaite un magnifique dimanche de canicule!

Cordialement,
P-E. Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 05/07/2015

Chris Masset, j'aurais apprécié de lire de votre part, une solution, une proposition.
Il semblerait que ce soit vous qui ignorez le nombre de plaques VD ... pour faire vos comptes ...

"Vous semblez ignorer les 80'000 véhicules qui arrivent quotidiennement de France voisine, plus tous ceux non identifiables immatriculés GE que les entreprises fournissent à nos voisins dans le cadre de leur emploi."

Et puis une question ... "Quant au lien au bas de votre post, il est hors de propos." ... hors de propos ?

Mais est-ce que vous l'avez lu, au moins ???

«Il y a un changement de mentalité incroyable, se réjouit Henriette Stebler, ancienne conseillère municipale carougeoise de l'Alliance de Gauche. Nous pouvons déposer notre initiative avec un mois d'avance tant les citoyens signaient facilement. Les gens sont fatigués du trafic. Ils veulent des centres-villes sans voitures.»

J'attends de votre prochain commentaire des solutions, des idées, etc.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 05/07/2015

Les commentaires sont fermés.