06/07/2015

LES AMERICAINS DE GENEVE ONT LE BLUES ET LE GENEVOIS ONT LE BLUES DE CETTE AMERIQUE PERDUE

Par un article publié dans la TG le 3 juillet, on découvre que nos amis américains installés chez nous ne réalisent pas que Genève, ville internationale et ouverte au monde, ne peut être satisfaite de la posture des officiels américains qui, jour après jour, tentent d'imposer "l'imperium" US.
 
L'Amérique qui fit rêver les genevois du XVIIIe n'a plus rien à voir avec celle d'aujourd'hui. Le rêve des Pères Fondateurs d'installer une République ouverte et accueillante s'est évanouit avec les présidents qui ne défendaient plus cet idéal mais des intérêts privés et cachés dont l'excroissance visible est le monde carnassier de Wall St. Cette volonté hégémoniste a été renforcée avec la chute d'autre empire, le Soviétique. Les idéaux du Genevois Albert Gallatin, plus prestigieux de tous les secrétaires américains au Trésor, ont totalement disparus de l'Amérique officielle d'aujourd'hui. Gallatin et Jefferson partageaient une méfiance commune envers les banques qui a commencé à s'évanouir avec Woodrow Wilson qui leur a vendu la réserve fédérale un sinistre matin d'octobre 1913. C'est de cette Amérique-là dont bien des Genevois, des Suisses et plein d'autres citoyens de par le monde ne veulent plus entendre parler. Nous sommes nombreux à avoir des liens très longs avec les USA et pour certains très affectifs ou familiaux et, franchement, ce n'est pas de gaité de coeur que nous nous montrons très critiques à l'égard de cette Amérique contemporaine à la fois arrogante et particulièrement nocive à l'apaisement du monde. Si le monde actuel est en ébullition, il ne doit, en grande partie à une politique étrangère américaine qui est est elle-même étrangère à la poltique. Soit elle génère des mouvements radicaux pour ensuite mieux vendre ses armes à ceux qui vont aller les combattre, soit elle soutient des régimes qui violent, au quotidien l'essence même de la constitution américaine de 1789.

 

En effet, même les plus passionnés et plus inconditionnels de la formidable histoire de cet Etat-Continent, ne se retrouvent plus dans cette Amérique moderne où ce sont les séries TV qui assurent le suivi populaire des orientations politiques qu'instiguent des groupes de gens qui tiennent à la fois les leviers financiers et journalistiques.

 

La démocratie américaine actuelle est à l'image de Hollywod. Tout pour que les apparences soient sauvegardée et que le bon peuple soit abruti par des artifices aussi pervers que dangereux pour l'équilibre du monde.

 

Pas besoin d'être Grand Clerc pour réaliser que cette vision ne peut pas nous convenir à nous, Genevois comme Suisses, qui pétrissons chaque jour nos décisions par une démocratie que nous ne voulons pas voir mise en danger par des élus qui se laissent charmer par les sirènes américaines à tel point qu'ils osent mettre en péril notre sacro-sainte Souveraineté et la non moins précieuse neutralité de ce petit pays qui al juste prétention d'être un grand Etat.

 

 

 

D'ailleurs pendant longtemps la Suisse et les Etats-Unis d'Amérique étaient connus comme "les Républiques soeurs".

 

Malheureusement tant et aussi longtemps que la mafia financière de GS&Co tiendra les commandes des USA, le divorce ne pourra qu'aller en s'accroissant. Si nous voulons que cela change une seule solution:

 

REVEILLONS-NOUS!!!! et disons à ces individus qu'ils ne sont pas les bienvenus en démocratie!

 

 

NOUS SOUHAITONS VIVEMENT QUE NOS VRAIS AMIS AMÉRICAINS QUI, COMME NOUS, VEULENT LE TRIOMPHE DES IDÉAUX DU 4 JUILLET 1776 ET LA DÉFAITE DES FORCES OBSCURES DU MAL FINANCIER GS&Co. NOUS SOUHAITONS QU'ILS CONTINUENT A SE TROUVER BIEN DANS CETTE GENÈVE, CAPITALE MONDIALE DE LA PAIX ET DES DROITS HUMAINS, OUVERTE SUR LE MONDE!

15:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

01/07/2015

LUC BARTHASSAT ET LE PELERINAGE MCG AVANT CELUI DE LOURDES

Merci à Luc Barthassat de mettre en avant l'une des idées du MCG que son parti a si volontiers ralliée tant lors de sa première présentation que lors de travaux parlementaires récents par moi-même.
 
Comme quoi même si en public le PDC se montre peu amène à notre endroit, il reprend volontiers à son compte certaines de nos idées, sans pour autant qu'il en revendiquer la paternité!
 
Il est évident que si l'on entend faire baisser la pression sur le trafic en hyper-centre, c'est en bordure d’agglomération qu'il convient de le contenir.
 
Je tiens toutefois à préciser que cette seule mesure, à fortiori à 1.-/j. ne servira à rien.
 
Elle doit être accompagnée d'autres telle que l'installation d'une ligne de bus expresse reliant, par exemple la plateforme de Vallard à la gare des Eaux-Vives, sans arrêt avec la mise en place de couloirs de bus sur toute la route de Malagnou. Cette mesure a été brillamment défendue par Eric Stauffer.
 
A cela il convient en outre d'ajouter plusieurs fermetures de passages secondaires entre 21 et 0900. D'une part pour assurer à nos concitoyens de la campagne une tranquillité nocturne qui est lourdement pénalisée actuellement sans parler de l'enfer que ces villageois subissent dès 0600 où telles des chenilles processionnaires ces cohortes de véhicules à occupant unique déboulent sur notre réseau secondaire avant de venir bloquer la circulation de l'hyper-centre.
 
C'est donc à la conjonction de ces phénomènes qu'il faut s'attaquer.
 
Le péage à 1.-/j. est une farce puisque son encaissement couterait plus que son apport. C'est donc à 5.-/j que la taxe doit s'établir car elle a surtout pour but d'être incitative au transfert modal si cher à certains. A juste titre il faut le dire ici.
 
Ce n'est pas en louvoyant que nous parviendrons à des solutions mais en s'attaquant à ces nuisances. Si l'Exécutif est désormais prêt à s'engager aux côtés du législatif pour prendre l'ensemble de cette problématique c'est une bonne nouvelle. Encore faut-il qu'il ait les moyens à disposition et que sur cette thématique un large consensus parlementaire s'installe.
 
Il faut aussi permettre la rénovation de notre infrastructure de signalisation lumineuse qui, à bien des endroits fait fâcheusement ressentir son vieillissement et sa rigidité en matière de gestion des flux de trafics. La pénétrante de la Servette et ses files interminables en sont l'exemple le plus flagrant.
 
Certes pour certains l'arrivée de Luc Barthassat à l'exécutif relèvait du miracle politique et à ce titre il nous doit toujours sa marche jusqu'à Lourdes.
 
Mais si nous voulons qu'il puisse accomplir des miracles en marge de son élection voulue par le Souverain, son seul courage ne suffira pas. Il faut aussi lui donner les moyens techniques de les réaliser.

11:43 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |