22/05/2017

LA Ve REPUBLIQUE PEUT-ELLE RESISTER AU TSUNAMI MACRON

Bien que opportunément perturbé par "les affaires", la campagne électorale a permis de constater que l'approche classique de la Ve république arrive à son terme.

De là a vouloir faire naître une VIe république il y a un pas que seuls ceux qui ont envie de voir leur nom accroché à la charte fondamentale sont prêts à franchir.

Plus pragmatiquement, il faut se poser la question de savoir si un "lifting" de cette vénérable cinquantenaire suffit et si OUI, jusqu'où faut-il aller.


Le principal travers de ce régime est d'avoir été taillé sur mesure pour un homme dont les mensurations sont à ce point exceptionnelles que tout exercice du Pouvoir qui sort du sentier battu par son premier utilisateur est soit vain, soit catastrophique.

Au terme d'un quinquennat pitoyable par la seule faute du locataire de l'Elysée, incapable d'endosser le costume, il faut donc se poser deux questions de fond.

  1. Une majorité absolue dans les chambres ne constitue-t-elle pas le pire des pièges. Cette majorité n'est-elle pas, in fine, un oreiller de paresse par l'usage abusif du fameux 49.3 à répétition. Le recours trop facile à la pratique de la gouvernance par voie d'ordonnance n'est-elle pas, elle aussi, une source très importante de fracture de la société française?
  2. Le régime de cohabitation, voire de coalition, ne constituent-ils pas des alternatives performantes en vue de faire fonctionner ce régime de façon à la fois conforme à l'esprit de la Ve république et à l'idée même que se faisait le fondateur du régime de s'appuyer sur le recours au vote du Peuple pour valider ses options?

Ces questionnements, qui sont prioritaires au moment d'élire la députation, peuvent-ils être analysés sereinement par les citoyens qui ont déjà été privé de débat de fond lors de l'élection présidentielle qui s'est plus apparentée à un pugilat qu'à un débat démocratique ouvert.

Je reste persuadé quant à moi que les points de tension entre les différents pôles politiques risquent fort d'ouvrir un boulevard à une majorité sans contestation. Cette issue serait une catastrophe encore plus importante que le pitoyable résultat du quinquennat 2012/2017 tant la puissance du souffle "Macron" risque fort de s'emballer pour devenir une tornade et tout dévaster. Cela serait particulièrement regrettable puisque les Citoyens ont pris le pari d'élire un homme jeune et il serait contre productif de confondre rapidité et précipitation.

Personne ne peut souhaiter une tempête, le pays n'y survivrait pas sans une révolution dont l'issue est une mine posée à la paix en Europe.

 

18:26 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Votre conclusion : la bombe, encore la bombe, et l'échafaud et ça ira ça ira , etc. n'est elle pas légèrement outrancière ? Même en partageant votre idée que ça risque de mal finir ? Y a t il d'autres options à envisager que celle que vous imaginez, la dislocation de l'Europe, avec brutalités si j'ai bien compris ?

Écrit par : Monneret | 23/05/2017

Cher Monneret,
Ma conclusion n'est pas celle que vous indiquez. Tout au contraire, je souhaite que tout ce passe bien dans le respect des forces en présences. Il est évident qu'une Assemblée Nationale qui jetterait à la rue des forces aussi importantes que "La France insoumise" et le "FN", comporte des risques majeurs.
C'est pour cela que je dis qu'il faut espérer que nos voisins sauront se doter d'une Parlement qui mette en présence toutes les orientations politique qui ont marqué l'élection présidentielle qui, faut-il le rappeler, a porté au pouvoir un président qui ne possède qu'un majorité très relative, inférieure à 50% en chiffres absolus.
Quant à l'Europe actuelle, d'origine facho-nazie en raison de son auteur Walter Hallstein qui a élaboré ce plan à la commande de Mussolini et Hitler, Oui il faut souhaiter son démantèlement au profit du projet soutenu par Denis De Rougemont bien meilleur et surtout compatible avec notre système puisqu'il en est l'extension.
J'espère avoir répondu à vos interrogations.
Avec mes cordiales salutations,
P. Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 23/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.