LA BOUCLE SEULE RESOUDRA LE NOEUD GORDIEN DU RAIL GENEVOIS

Un important débat anime deux Commissions du Parlement genevois, celui de l’accroissement du trafic ferroviaire au bout du lac.

Selon certains, ce débat n’a plus lieu d’être dans la mesure où le Souverain a choisi de réaliser une nouvelle gare souterraine à Cornavin.

Est-ce bien la réalité démocratique? Rien n’est moins sûr puisque lorsque le Souverain a été consulté, on ne lui pas invité à choisir entre la solution du rebroussement ou de la boucle mais entre détruire la moitié du quartier des Grottes et passer dessous.

Certains, parmi ces sherpas aiment à traiter le MCG de populiste. Or nous avons là un magnifique exemple de populisme éhonté qui s’appuie sur une prétendue acceptation du Souverain alors qu’il n’a pas été consulté sur le sujet. C’est du populisme pur et dur qui prétend avoir l’aval du Peuple alors que celui-ci n’a même pas été questionné !!!

De quoi s’agit-il ?

Pour résoudre le problème du cul-de-sac genevois deux solutions sont possibles.

Celle choisie qui seule a été soumise au Souverain, à savoir passer sous le quartier des Grottes et créer une nouvelle gare souterraine au lieu de détruire une partie du quartier des Grottes. Certes cette solution évitera la destruction inutile d'immeubles dans un quartier emblématique de la Rive Droite. En revanche cette solution ne résoudra pas la problématique du rebroussement à Cointrin et les trains devront donc passer 2x par Cornavin.

Face à cette solution méga polluante, il y a la solution dite de la « boucle » qui, faut-il le rappeler fait partie intégrante du concept de la desserte de Cointrin dès l’origine des études fin des années 70. Elle seule  permet d’accroître sensiblement les capacités de trafic puisque les trains ne rebroussent pas chemin, le cul-de-sac de Cointrin ayant disparu.

Ce choix n'a pas été soumis au Souverain, ce qui lui a été proposé ne portait que sur le choix de la destruction d’un quartier ou la réalisation d’une gare souterraine. Il est donc mensonger de dire qu'il a choisi entre l’option CFF et la boucle puisque le choix soumis au Peuple ne comportait pas cette dernière option, plus efficiente à tous points de vue.

Aujourd’hui l’argument central des CFF  et de la cohorte de groupies qui les suivent, est que la solution de la boucle entraîne une refonte, au moins partielle, de l’horaire cadencé. Selon ces aficionados de la breloque, il  se justifie de dépenser 4x la somme de la boucle au motif que cette dernière allongerait le trajet de quelques malheureuses minutes alors que la solution de la boucle permet, elle, de doubler la trafic dans cette zone hyper active de l’agglomération de Genève sans augmenter pour autant le nombre de train à Cornavin ou à St Jean ! On croit rêver lorsqu’on entend des arguments d'une telle mauvaise foi.

Parlons calendrier maintenant car c’est là que la thèse « officielle » atteint le paroxysme de l’absurde.

La solution actuellement retenue par les CFF & Co ne verra sa première étape achevée en 2031. A celle-ci il faudra ajouter la seconde extension dont le début n’est pas prévu avant 2040 après laquelle se réaliserait une nouvelle ligne via « Les Nations ». Autrement et plus crument dit, il faudra que les Genevois supportent plus de 20 ans de travaux majeurs en ville pour enfin voir apparaître un réseau ferré incohérent ! On croit rêver lorsqu’on sait que parmi les défenseurs de cette option figure une Association qui prétend associer mobilité et environnement !

A l’opposé, la solution dite de la boucle pourrait, elle, être entièrement achevée en 2030, soit dans dix ans et sans le moindre chantier en centre ville !!!!

Parlons argent, la solution retenue par les CFF et soutenue par l’administration cantonale est devisée à ce jour à plus de 5 milliards de francs. De son côté, la solution de la boucle ne coutera qu’un cinquième de ce montant ! L’argument phare des CFF et de ses supporters, est que la Confédération a budgété plus d’un milliard pour le financement de la résolution du nœud ferroviaire de Genève. La question est donc de savoir si les finances fédérales ont été dûment informées de l’alternative  de la boucle et de la colossale économie qu’elle implique ? Pas sûr du tout puisque la boucle, projet original des CFF a été abandonné par ceux-ci et donc pas présenté!

Tout au contraire, la solution de la boucle ne coûtera rien aux finances cantonales alors que celle des CFF & Co nous coûterait 500'000'000.- !

Parlons environnement maintenant. Le projet CFF va entrainer un méga chantier  d’une dizaine d’années au cœur de la rive droite dans sa partie la plus exposée aux transferts de personnes de tout notre territoire, Cornavin. Avec eux, des émissions gigantesques de C02, de transbordements de gravas et ce qui va avec. Autrement dit, un bilan écologique tout simplement catastrophique.

Comme quoi il ne sert pas à grand-chose de défiler dans les rues avec des pancartes qui alertent, à juste titre, du réchauffement climatique si, dans le même temps les mêmes mouvements politiques prônent de faire exactement l’inverse de ce qu’ils prêchent !

Pour être parfaitement clair, le chantier de la boucle va lui aussi dégager du C02, environ 270'000 tonnes ce qui n’est déjà pas rien ! De son côté, la solution CFF/Etat GE en dégagera, elle 1‘350'000T !!!! Autrement dit, ces partis et mouvements pseudo-écologiques tombent à pieds joints dans l’absurdité la plus colossale jamais vue à Genève.

Last but not least, la boucle permet de déplacer la zone de fret ferroviaire tout comme des Ports Francs, dans un temps record  et dégager une immense zone d’habitation au cœur de la ville.

En effet, en même temps que l’on réalisera la boucle, il sera possible de préparer le transfert de la zone « ports francs » de LA PRAILLE vers la bordure de l’aéroport et permettre ainsi non seulement de sortir du trafic marchandise de la ville vers sa périphérie, mais en plus de mettre sur le même point géographique les trois grands moyens de fret marchandises, soit l’aérien, le ferroviaire et le routier. Avec cette solution, fini le trafic de poids lourds (40T notamment) en ville, tout comme le transit de marchandises dangereuses dans les zones à forte densité d’habitation. Pour couronner le tout, cela permettra un formidable coup d’accélérateur de la réalisation de logements au PAV qui deviendra ainsi un nouveau centre tant pour les administrations que pour les services au cœur du système de transports publics, ferrés en priorité !

Comment expliquer une telle hérésie de la part des certains ?

Pour ce qui est des CFF, une très grande partie de leurs revenus  provient de l’exploitation de leurs ressources foncières avec des rendements très élevés à la clé. Il en découle qu’il est plus important  pour eux de faire payer à la collectivité les travaux de réalisation de plus de 450m linéaires de potentiels de galeries commerciales et d'encaisser les juteux profits qui vont avec que de résoudre la question de la fluidité du trafic ferroviaire et tout ce qui l’accompagne, puisque cela ne leur rapportera rien.

Pour ce qui est des Associations qui se prétendent pro-environnementales, peu importe les mégas chantiers en zone hautement  habitées, ils voient dans la solution CFF la possibilité de totalement désorganiser le réseau routier dans ce périmètre ce qui constitue leur but ultime.

Demeure l’inconnue de la motivation de l’administration cantonale qui, il faut malheureusement le constater, a pris l'ascendant sur les responsables politiques dans ce dossier.

Au final, et pour autant que la volonté soit de respecter un vrai débat démocratique, il est impératif que le Parlement accepte le Projet de Loi en cours d’examen en Commissions, qui demande une étude sérieuse et contradictoire des deux options en présence. C'est le seul moyen pour qu’au final le Souverain, jusqu’ici grugé, puisse faire son choix en toute connaissance de cause.

C’est à ce prix que la démocratie sera respectée, si tant est qu’elle ait un poids quelconque face aux intérêts colossaux, notamment financiers, qui s’affrontent à elle.

CONCLUSION :

SEULE LA BOUCLE PERMETTRA AU PEUPLE DE TRANCHER LE NŒUD GORDIEN DU RAIL GENEVOIS

Lien permanent 5 commentaires

Commentaires

  • Merci pour cet excellent plaidoyer en faveur de ce qui, en toute logique, s'imposer comme solution à cette problématiques de grande ampleur.
    Je suis toujours très étonné lorsque les autorités prennent fait et cause pour la solution la moins favorable aux administrés.
    Vous ne faites qu'esquisser ce sujet mais pour le citoyen ordinaire que je suis, j'avoue ma totale incompréhension avec le parti pris par l'administration cantonale en faveur de la solution CFF qui est tout simplement catastrophique tant du point de vue mobilité qu'écologique. A ce propos je crois comprendre que vous parlez, sans la nommer, de l'ATE et de son chef de file Th Wenger. Comme on dit en terre de Vaud, " c'est quoi ct'équipe"!!! L'ATE est en réalité le bastion avancé des collectivistes les plus attardés de Suisse. NUL!
    Demeure la dernière inconnue, la presse! Pourquoi ne lance-t-elle pas un vrai débat public avec un accès très large pour que nous, citoyens, puissions donner notre avis qui, de toute façon devrait se faire dans les urnes!
    Merci pour votre excellent travail à la députation!

  • Même si l'exposé est long, il vaut largement la peine de la lecture! Une question se pose l'administration cantonale est-elle au service du lobby des CFF?
    Une autre tout aussi importante, y-a-t-il un pilote à la tête de cette administration ou simplement un élu au service de ses cadres?
    Il devient évident qu'un important débat public s'impose! La presse locale est curieusement muette, pourquoi?
    Léman-Bleu est aux abonnés absents, pourquoi? Le beau Pascal pourtant prêt au Grand Conseil où le MCG, à part vous, ne dit plus grand chose d'intéressant hélas!

  • Il est parfaitement clair que ce gigantesque chantier au coeur même de la ville créera d'énormes nuisances et un immense chaos au niveau de la circulation privée et surtout professionnelle, cette option mérite au moins d'être étudiée sérieusement et de ne pas être écartée d'un simple revers de manche, en ce qui concerne l'ATE sont interret est simple, il supprime toute circulation automobile dans tous ce secteur, et pour cette association la suppression de la mobilité individuelle est devenue sa seule raison d'être ! Ainsi avec ces importantes économies réalisées on pourrai peut être faire avancer la réalisation d'une traversée du lac .

  • Excellent billet qui rappelle l'essentiel !

    Il s'agit en effet d'un enjeu primordial pour l'avenir de la mobilité à Genève, de même qu'un rappel au bon usage des deniers publics adressé à nos autorités, censées en être responsables.

    Quant à l'usage de la démocratie, on peut affirmer ici qu'il a été biaisé.

    En effet le peuple ne s'est jamais prononcé sur une quelconque solution technique susceptible d'augmenter la capacité du noeud ferroviaire de Genève. Le peuple n'a été consulté qu'une seule fois, le 9 février 2014 lors de la votation fédérale, lorsqu'il a accepté l'Arrêté fédéral sur le "FAIF" - "Financement et de l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire". Le "FAIF" est une base légale de financement pour les infrastructures ferroviaires de l'ensemble de la Suisse, mais pas un choix technique. Voir ici :
    https://www.bk.admin.ch/ch/f/pore/va/20140209/index.html

    Sur le plan cantonal, le peuple genevois n'a pas eu à se prononcer. Il n'en a jamais eu l'occasion ! En effet, le projet initial d'extension de Cornavin (en surface) avait provoqué une levée de bouclier du "Collectif des 500" des Grottes. Ceux-ci avaient alors lancé une initiative législative cantonale "IN 153" intitulée : "Pour une extension souterraine de la gare", qui a réuni 16'500 signatures. Sans même que le peuple ait eu à se prononcer, celle-ci a contraint le Conseil d'Etat (à l'époque le DETA), l'OFT et les CFF à réétudier le projet pour en arriver à la conclusion qu'une solution souterraine était plus avantageuse que celle prévue initialement en surface. L'objet a été traité par la "Commission des transports" du Grand Conseil qui a rendu un rapport. Voir ici :
    https://ge.ch/grandconseil/data/texte/IN00153C.pdf

    Mais jamais le "Collectif des 500" des Grottes n'a été informé de l'option de la "Boucle" !

    Conclusion : Les citoyens genevois doivent impérativement reprendre la main et s'intéresser davantage aux agissements politiques qui tentent de les priver de leurs droits démocratiques.

    S'intéresser par exemple au "schéma directeur du réseau sur rail" dont presque personne ne parle, alors qu'il constitue la référence de travail pour le "DI" (Département des infrastructures). Voir ici :
    https://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/images/H150_Annexe.pdf
    et ici :
    http://www.gerer.ch/reponse-schema-directeur-du-rail/

    Merci à l'auteur de publier mon (long ...) commentaire !

  • Merci pour ce billet qui résume bien les grandes lignes. Et tout particulièrement l'accent mis sur la paralysie programmée du trafic global sur cet axe majeur de sortie de ville qui semble effectivement être l'objectif visé par les associations telles que l'ATE.
    Merci aussi au commentaire de Morard. Je confirme que sans traversée de la rade, et non pas du lac, la fermeture de la place Cornavin et de la rue de Lausanne provoquera un chaos inimaginable et une barrière de ferrailles ambulantes permanente autour de notre joyau qu'est la rade et son jet d'eau. Une semi-autoroute en plein coeur de la ville, le comble de l'aberration que nous imposent les Verts dans leur croisade contre la bagnole.
    Pour ceux que ce sujet annexe intéresse, je me suis fendu d'une série de six billets qui font le tour de la question. http://heytaxi.blog.tdg.ch/archive/2019/02/16/guerre-des-transports-297352.html

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel