contamination & approximation un gros caillou dans le jardin du Parlement cantonal

La médecin cantonal nous adresse un bien curieux courrier nous informant que nous aurions pu être contaminé par un collègue durant les séance des 2 et 3 octobre, sans plus de précision.

 

Soit cette brave dame nous informe d'un risque potentiel et nous donne les paramètres qui nous permettent de connaître le niveau de risque, soit elle se tait.

Comme elle ne peut pas rester muette elle nous informe mais de façon curieusement incomplète. Ad minima, elle devait nous donner le groupe dans lequel siège ce collègue ou encore inviter ce collègue, qui n'y est peut-être pour rien dans sa propre contamination, à prendre contact avec celles et ceux d'entre nous avec lesquel(les) il/elle sait avoir été dans une distance problématique.

Que néni! les uns et les autres se retranchent derrière le très confortable paravent de la protection des données. Comme si cela avait la moindre pertinence en situation pandémique.

Comment voulez-vous que celles et ceux qui détiennent l'autorité espèrent être crédibles avec de tels procédés. Il y a là un air d'improvisation qui n'est tout simplement pas acceptable.

Au lieu d'envoyer 100 fois un courrier qui n'a ni queue ni tête, il eut été de saine gestion de santé publique d'établir un contact rapide avec chacun de nous et nous convoquer, sous 24h, à un test de dépistage.

On soulignera enfin qu'un membre de l'Exécutif a été testé positif, ce qui n'a pas empêché ses six collègues à continuer dans leur activité, notamment à participer à des commissions parlementaires. Encore eut-il fallu que l'intéressé informe, tuotes affaires cessantes, que son état de santé contagieux.

On croit rêver devant autant d'approximations. Ce qui est certain, c'est que cela ne peut qu'inquiéter les résidents genevois qui, décidément, sont abandonnés à leur sort, tant en matière d'emploi qu'en matière sanitaire.

Consternant.

 

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Consternant en effet, outre l'aberration des critères de contact puisque le fait que la personne en question soit testée positive ne signifie AUCUNEMENT qu'elle soit malade, pas plus que contaminante. Karry Mullis, l'inventeur des tests PCR l'avait affirmé lui-même: ces tests ne peuvent être utilisés pour en déduire un potentiel de contamination, sauf quand les personnes sont déjà symptomatiques et qu'on reste autour de 20 cycles ... S'il savait combien de cycles on leur fait faire pour semer la terreur en Suisse, il se retournerait probablement dans sa tombe, car à ce niveau-là c'est vraiment du n'importe quoi ! De plus il est impossible de distinguer un simple rhume du Covid car les fragments de virus sont les mêmes ! OÙ allons-nous ???

  • En Israel, test à 5 Chf. résultat en 30 secondes !

  • C'est une peste idéologique y'a rien de pire!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel