Black Friday

J’ai toujours un peu de peine avec ces méga fêtes commerciales importées.

Je me suis donc livré à une petite recherche sur l’origine du terme « Black Friday ».

Une théorie existe remontant aux années 1800.  Les propriétaires de plantations du Sud pouvaient acheter des esclaves au rabais le lendemain de Thanksgiving. Si bien que cette version des racines du Black Friday a naturellement conduit certains à appeler au boycott de la fête de la vente au détail. Cette théorie n’a cependant pas de fondement prouvé, mais la guerre de sécession est passée par là……

Black Friday a été utilisée daterait du 24 septembre 1869, pour désigner le krach financier aux États-Unis dû aux manipulations de deux rapaces impitoyables de la finances de wall street Jay Gould and Jim Fisk. Ils ont tenté de prendre le contrôle du marché de l’or pour en faire monter de manière agressive le prix. Il s’en est suivi une hausse colossale du métal précieux. Aussitôt la manipulation découverte, le marché s’est effondré, causant la ruine des financiers de Wall st, mais aussi celle des fermiers qui avaient pour tradition de tésoriser de l’or. D’où le terme « Black Friday ».

C'est à la suite de la grande dépression, après un exercice particulièrement mauvais, tous les chiffres étaient dans le rouge. Une coalition de marchands a eu l’idée d’organiser une journée de soldes le lendemain de la fête « Thanksgiving » qui en 1933 tombait un jeudi. Elle a connu un tel succès que les chiffres sont passés au noir, d’où l’expression « black Friday »

Je pense que vu l’origine du terme, certains seraient peut-être bien inspirés d’en changer et de reprendre un minimum d’indépendance tant intellectuelle que commerciale. Mais c’est certainement un vœu pieu dans une société lobotomisée qui ne se donne plus la peine de réfléchir et dont les dirigeants politiques ont, la gestion de la crise COVID nous le démontre, une fâcheuse tendance à confondre rapidité et précipitation.

Il est tout de même fâcheux qu'au moment où le slogan en vogue est "black lives matter" ce terme parvienne à survivre compte tenu de son origine sulfureuse.

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Intéressant, un fois de plus!
    Pour ce qui est des dirigeants, il faut dire qu'à Genève on est gâtés. Non seulement c'est un guet-à-pans permanent à l'interne où les coups bas se succèdent, mais c'est d'une incompétence jamais égalée que ces individus sont l'expression. Après avoir tout mis en oeuvre pour écarter le plus brillant, il ne va pas être nécessaire d'attendre très longtemps pour que le deuxième intelligent soit critiqué par le reste des Pieds Nickelés.
    Les genevois feraient bien de s'en souvenir dès le mois de mars et ne pas en rajouter une couche avec un autre Khmer vert, l'exemplaire en place suffit à nous montrer que ce sont de forts en gueule mais qui, comme Macron, sont des champions de la marche arrière. Le sujet des abattages d'arbres examiné par la Cour des Comptes nous explique assez bien qu'on se fout de nous et surtout de la nature que ces menteurs prétendent défendre.

  • Lucky Luke,

    Vous devriez ajouter aux pitreries funestes de ce désormais sextuor la gestion calamiteuse de la seconde vague.
    Mais c'est normal, un tel equipage ne serait pas même capable de faire avancer un âne dans un champ de carottes.
    Comment expliquer qu'on laisse ouvert les marchés mais pas le marché au Puces alrs que c'est en plein air et que le masque peut y être imposé sans difficulté.
    Comment justifier la fermeture des restaurants alors que la même clique leur a imposé des équipements coûteux et des réductions drastiques du nombre de clients pour pouvoir ouvrir en mai dernier.
    Il faut aussi constater que Maudet a géré très efficacement le versement des indemnités aux petits indépendants alors que dans cette deuxième vague, c'est la cacade totale.
    C'est ce qui rend l'éviction dudit Maudet encore plus scandaleuse.
    Dommage que l'on ne puisse pas congédier tout ce gouvernement en une fois. Ils sont tous plus lamentables les uns que les autres.
    Les Genevois ne peuvent pas se moquer des américains avec Trump vu ce qu'ils élisent eux-mêmes!
    On comprend bien que personne va nous proposer de mettre en place une nouvelle initiative populaire qui nous offrirait la possibilité de virer le gouvernement lorsqu'il est aussi mauvais que celui-ci!
    Pour reprendre le nom de votre Blog cher député "post tenebras lux" on n'est pas près de revoir la lumière avec ce qui se prépare dans les écuries politiques pour l'échéance de mars. Nous n'aurons peut-être pas d'autre meilleur choix que de réélire Maudet, lui au moins on connaît ses travers mais surtout sa compétence!

  • Qu'est-ce que Pierre Maudet attend pour poser un pied à l'UDC, nom d'un mini teckel ?

    C'est quoi son problème ? De figurer à droite du PLR ?
    Eh ben comme au football, qu'il renverse le jeu, nom d'un bulldog !
    Qu'il se décale à l'extrème gauche de l'extrême gauche, caramba !
    Y'a un nouveau parti qui s'est créé au mois de mai, AVENIR SYNDICAL.
    J'en entends qui me retorquent que Avenir Syndical est un syndicat.
    Et vous savez quoi ? Je rigole ! Si si, je rigole !
    Parce que, syndicats et partis, c'est le même chose !

    Pierre Maudet a besoin d'un parti ? Il en deux à disposition.
    Un à acheter, à crédit, l'UDC.
    Et un à capturer, Avenir Syndical, avec son zizi et sa langue d'indien bien pendue, pusiqu'il a perdu son couteau au jardin des plantes vertes libérales.

    http://a-lucien.fr/wp-content/uploads/1918/09/echo-paris-fosse-aux-ours.jpg

    Hugh ! Grizzly mal-léché a parlé.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel