SEUL L’HOMME FAIBLE DIT QU’IL EST FORT

L’acharnement dont fait preuve Vladimir Poutine face à son opposant Alexeï Navalny trahi, pour la première fois, une réelle inquiétude du Maître du Kremlin.

Mais en agissant comme il le fait, Poutine montre sa faiblesse, celle de craindre pour son pouvoir. Certes ce ne sont pas les gesticulations de Paris, Londres, Berlin, ni même Washington qui ont de quoi l’émouvoir tant il sait que ce ne sont que des postures destinées à la presse, aucun de ces dirigeants n’ayant ni la puissance politique ni le courage personnel pour traduire ces pantomimes en quelconque acte politique sérieux.

Si l’un ou l’autre de ces dirigeants entend être crédible, il n’y a qu’une seule méthode avec un personnage comme Poutine, punir là où ça fait mal. Autrement dit, bloquer les avoirs détenus à titre fiduciaire pour son compte par les plus grands oligarques qui peuplent nos palaces et les banlieues résidentielles  de ces grandes capitales. Il y a une seconde arme très puissante pour ramener ce néo-tsar à la raison. Interdire une pléiade de ces oligarques et quelques hauts dirigeants d’entrer dans l’espace Shengen, sur les îles britanniques et aux USA.

A défaut Alexeï Navalny restera en prison avec la caution de celles et ceux qui prétendent défier l’ex KGB avec des pistolets à eau.

En revanche, et c’est bien ce qui préoccupe le Kremlin, la lame de fond pourrait bien, à force de ressac, venir miner la digue qui protège temporairement l’ilot fragile d’un pouvoir qui s’érode comme les dunes face à la mer déchaînée et qui, inexorablement grignote les terres de la côte.

Autant la Russie avait besoin d’un patron du calibre de Vladimir Poutine  après le passage du soudard Boris Ieltsine au Kremlin, autant cette même Russie a besoin aujourd’hui de changer d’air. Notamment pour créer des alliances de confiance avec l’Europe, la Chine sa voisine asiatique attendant, comme le tigre dans les roseaux, le moindre accès de faiblesse pour faire ce qu’elle fait avait toutes ses proies économiques affaiblies, lui sauter à la gorge pour l’étouffer dans un combat commercial fratricide.

Alors oui, par ces excès de violence gratuite envers une poignée d’opposants suivant un leader certes charismatique mais sans puissance, Monsieur Poutine montre des signes de faiblesse en faisant accroire qu’il est fort. C’est une illusion d’optique qui ne résistera pas au temps.

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Vous avez totalement...

    La jeunesse russe souhaite un changement radical. J'entends cela presque tous les jours.

    Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.